- Agglomération, Déchets, Economie, Environnement

Filière textile. Que devient le linge collecté dans l'agglomération nazairienne ?

Les plus beaux vêtements collectés par Le Relais sont vendus dans une friperie Ding Fring. A Saint-Nazaire, les vendeuses revérifient l'état du textile avant de le mettre en rayon. (©Ville de Saint-Nazaire - Blandine Bouillon) - Agrandir l'image, .JPG 306Ko (fenêtre modale)
Les plus beaux vêtements collectés par Le Relais sont vendus dans une friperie Ding Fring. A Saint-Nazaire, les vendeuses revérifient l'état du textile avant de le mettre en rayon. (©Ville de Saint-Nazaire - Blandine Bouillon)

[vidéo interactive] Du conteneur à la vente en friperie ou à sa transformation, le vêtement dont chacun se débarrasse va passer dans de nombreuses mains pour être trié et valorisé. Nous vous dévoilons les coulisses de ce parcours avec l'entreprise d'insertion Le Relais.

Plus de 20 000 conteneurs en France, dont une quarantaine sur l'agglomération nazairienne permettent de déposer des sacs de vêtements, de linge de maison, de chaussures et de maroquinerie destinés au Relais.

Le centre de tri du Relais Atlantique, à Couëron, récupère les sacs collectés en Loire-Atlantique, dans le nord de la Vendée et à l'ouest du Maine-et-Loire, pas moins de 15 tonnes par jour.

Le Relais Atlantique nous ouvre ses portes

Pour accéder à la vidéo interactive complète, rendez-vous sur la page Youtube de Saint-Nazaire et Agglomération.

Recycler et créer des emplois

130 personnes travaillent au Relais Atlantique. Linge et accessoires font l'objet de plusieurs tris. La "crème de la crème" sera vendue dans l'une des six boutiques Ding Fring de Nantes, Rezé, Challans ou Saint-Nazaire. Des vêtements légers seront commercialisés dans les pays chauds. Certains rejoindront l'un des centres de tri Le Relais à Madagascar, au Burkina Faso ou au Sénégal. Ces trois centres emploient 500 salariés. Les profits permettent de réaliser des projets de développement local à leur tour créateurs d'emplois : mielleuse, construction automobile, rizières ou hôtels thermaux.

Le textile trop usagé partira en découpe et servira de chiffons d'essuyage. Certains vêtements tels que les jeans seront quant à eux valorisés en isolant thermique et acoustique. Cet isolant "Métisse" est référencé dans de grandes enseignes de bricolage. Enfin, les 5% de déchets restants serviront de combustibles dans les chaudières industrielles.