- Divers

La fête autour du Bois-Joalland creusé par les Américains en 1917

Dimanche 24 septembre, c’était la Fête des Étangs au Bois-Joalland. Retour sur une belle après-midi au bord du lac, tout en rythme… et aux couleurs des Etats-Unis.

Quand on a l’habitude de flâner sur les berges du lac, difficile d’imaginer que cette étendue d’eau, véritable patrimoine de la ville, n’a que 100 ans ! Le paysage n’a rien à envier à la nature la plus sauvage et pourtant… La situation de Saint-Nazaire, qui connaissait depuis le 
19e siècle des problèmes d’approvisionnement en eau potable, devint véritablement critique en 1917, avec l’arrivée des troupes américaines. Les besoins en eau furent tels que la création artificielle d’un immense réservoir d’eau s’imposa : l’étang du Bois-Joalland.

"L'un des derniers actes du centenaire"

La Fête des Étangs s’inscrit parmi les nombreuses manifestations populaires initiées dans le cadre de l’année américaine. C’est « l’un des derniers actes du centenaire du débarquement des troupes américaines en France », comme l’a rappelé David Samzun, maire de Saint-Nazaire. Au Bois-Joalland, on pouvait découvrir dimanche un espace d’expositions consacrées à la Grande Guerre ainsi que des affiches arborant le mot « Paix », réalisées par les jeunes de l’Institut Médico-Éducatif  Marie Moreau.

Sous le signe du rock et de la country

Pour l’occasion, le dress code était : bleu-blanc-rouge ! Ensuite, il n’y avait plus qu’à suivre la cadence ! Le concert country de Sab and the Crazy birds a suivi la démonstration de danses de l’association locale Boots Country. Chacun pouvait s’initier aux rythmes et mouvements de ce folklore américain en suivant les pas des habitués. Dans une ambiance festive et chaleureuse, le concert des Dock a Billy’s a ensuite prolongé la fête. Rock et swing enragés se sont enchaînés autour des tubes d’Elvis Presley, The Stray Cats et Chris Isaak. 

Retour en fanfare à Saint-Nazaire !

C’est l’histoire de sept musiciens nazairiens scolarisés au lycée Aristide Briand, qui décident de se regrouper autour d’une sensibilité musicale : les Balkans. Cinq ans plus tard, ils étudient aux quatre coins de la France mais la fanfare PAK continue de jouer ses airs venus d’Europe de l’Est. Chloé, Basile, Malo, Arthur, Valentin, Gaël, Jean-Baptiste et Martin ont déambulé dimanche au milieu de la foule. «ça fait plaisir de retrouver les Nazairiens», confie l’un d’eux. Un sentiment visiblement partagé par des spectateurs enthousiastes !

La main sur le Jok’coeur

Pour cette journée de fête, les jeux coopératifs ont été privilégiés. On n’en finit pas d’en découvrir l’originalité : flitzer, jeu de stratégie médiéval, skate-billes, jeu du labyrinthe, spin ladder, et même kubb, un jeu viking. « Les jeux surdimensionnés ne désemplissent pas depuis le début de la journée », constate avec un large sourire, Karine Menitrer, directrice du Jok’cœur. Effectivement, petits et grands sont tous rassemblés autour des tables ; ils échangent, rigolent… Le jeu est là « pour prendre du plaisir à être ensemble », explique-t-elle. Un pari pleinement réussi dimanche.

Tous voisins : la Fête des Étangs pour se rapprocher

Le Conseil de quartiers Immaculée-Villeneuve-Québrais-Landettes couvre un vaste territoire fait d’habitat épars. Forts de ce constat, ses membres ont eu la volonté de créer la Fête des Étangs afin de «fédérer les quatre quartiers et permettre aux habitants de se rencontrer et d’échanger», explique Chantal Huteau, directrice de la Maison de quartier Immaculée-Beauregard. Le Comité des fêtes a également mobilisé une vingtaine de bénévoles. «C’est une première ! On verra s’il y a une suite, à l’étang de Guindreff ou de Québrais, par exemple », conclut-elle.