- Divers

Le 77e anniversaire de l'opération Chariot

Dépôt de gerbe au vieux môle à Saint-Nazaire. © Christian Robert - Ville de Saint-Nazaire. - Agrandir l'image, .JPG 505Ko (fenêtre modale)
Dépôt de gerbe par le capitaine de vaisseau Christophe Boin, commandant la marine à Nantes-Saint-Nazaire, délégué militaire départemental de Loire-Atlantique et commandant d’armes de la place de Nantes, David Samzun, maire de Saint-Nazaire, le capitaine de Corvette Philipp Blau, représentant l’ambassadeur d’Allemagne, le capitaine de Vaisseau Kéri Harris, Attaché naval représentant l’ambassadeur de Grande Bretagne et Michel Bergue, sous-préfet de Saint-Nazaire.

La commémoration du 77e anniversaire de l'Opération Chariot s'est déroulée ce jeudi matin 28 mars près du Vieux Môle à Saint-Nazaire.

Le groupe de chants de marins «Vent Arrière» a composé un chant dédié à l’opération Chariot.

Intervention de Mme Elissa André, présidente de la Saint-Nazaire Society France.

L'opération Chariot en mars 1942

Dans la nuit du 27 au 28 mars 1942, une flottille britannique menait à Saint-Nazaire l'une des attaques les plus audacieuses de l'histoire militaire contre l'occupant allemand. 75 ans plus tard, l'heure est à la commémoration. 

Pour empêcher l'armée allemande d'engager dans la bataille de l'Atlantique Nord son terrifiant cuirassé Tirpitz, les Alliés décident de détruire le seul bassin du littoral capable de l'accueillir pour ses opérations de réparation et de maintenance : la forme Joubert. L'Opération Chariot, montée avec l'aide de la Résistance locale, sera qualifiée par certains historiens de « raid le plus audacieux de l'histoire militaire ». 

Neutraliser la forme Joubert 

À bord du destroyer Cambpeltown qui remonte l'estuaire en pleine nuit, entouré de 15 vedettes, 269 commandos britanniques tous volontaires  et quatre tonnes d'explosifs à retardement. À 1h34, le destroyer s'encastre dans la forme Joubert. Malgré une contre- attaque dévastatrice, les commandos parviennent à saboter aussi la station de pompage et plusieurs treuils d'ouverture de l'écluse. Mais impossible d'évacuer car la plupart des vedettes ont été détruites. Sur les 611 marins et commandos, seuls 224 parviendront à regagner l'Angleterre, les autres seront tués ou faits prisonniers. Du côté allemand, on dénombrera près de 400 morts. 

En dépit de ces lourdes pertes humaines, le raid peut être qualifié de succès : en explosant le lende- main, le Campbeltown neutralise la forme Joubert, empêchant le Tirpitz de se joindre aux combats en mer. Selon Churchill, six mois de conflits auront été ainsi épargnés.