- Famille, Culture

Le D-Chesnaie Orchestra. Une formation musicale hors-norme à Saint-Nazaire

Germaine donne le ton pendant le festival Tintamarre et Charivari sur la place Nadia Boulanger. (©Ville de Saint-Nazaire - Martin Launay) - Agrandir l'image, .JPG 373Ko (fenêtre modale)
Germaine donne le ton pendant le festival Tintamarre et Charivari sur la place Nadia Boulanger. (©Ville de Saint-Nazaire - Martin Launay)

Un orchestre de 7 à 77 ans mêlant tuba, harpe et percussions : c'est le D-Chesnaie Orchestra, une formation musicale qui a pris vie dans le quartier de la Chesnaie à Saint-Nazaire, emmenée par trois enseignants du Conservatoire de musique.

Tout d'abord, il faut installer les harpes et les percussions. Germaine et Christiane s'attèlent à accorder les harpes, puis s'empressent de revoir leur partition. "Do mi fa", chantonne la première en glissant ses doigts sur les cordes.

Dans la salle polyvalente de la Maison de quartier de la Chesnaie, des habitants arrivent peu à peu. On se salue joyeusement, petits et grands, et on se met rapidement en place derrière son instrument. La répétition va pouvoir commencer.

Portrait d'un orchestre intergénérationnel

Energie et convivialité chaque mercredi

L'origine du projet est née il y a 3 ans d’une envie commune du Conservatoire et de la Maison de quartier d’insuffler plus de musique et de rencontres dans le quartier de la Chesnaie. Le professeur de tuba Ronan Heurtin a mis en place plusieurs actions avec l'animateur Laurent.

L'an dernier, une vingtaine de volontaires s'est joint à leur envie de partager un moment musical. "C'est convivial et cela brise la solitude", se réjouit Germaine. "Tous les mercredis, on a hâte qu'il soit 18h pour répéter".

Tous sont investis et essaient de suivre le rythme hebdomadaire des répétitions, quelque soit leur niveau, et même sans instrument pour s'entraîner chez soi. Germaine vient accompagnée de sa fille qui apprend le tuba.

"Même si elles habitent le même quartier, certaines personnes ne se seraient jamais rencontrées", note l'animateur Laurent. "Avec ce rendez-vous, elles participent à un projet commun."

Des progrès fulgurants

Le D-Chesnaie Orchestra a permis aussi à trois enseignants du Conservatoire de musique de mieux se connaître. "C'est très riche car on n'avait pas eu l'occasion de travailler ensemble", confie Lucie Berthomier, professeur de harpe. "Et les habitants nous apportent aussi beaucoup de choses."

La plupart des musiciens souhaite poursuivre l'aventure à la rentrée prochaine et emmener avec eux de nouveaux habitants. "Il n'y a pas eu d'essoufflement. Au rythme auquel ils avancent, on réserve le Zénith l'année prochaine", conclut Matéo Guyon, enseignant de percussions.