- Culture

L’oiseau bleu se pose à Saint-Nazaire

La danseuse chorégraphe Emmanuelle Huynh prend ses quartiers dans le port nazairien - Agrandir l'image, .JPG 338Ko (fenêtre modale)
La danseuse chorégraphe Emmanuelle Huynh prend ses quartiers dans le port nazairien.

La danseuse chorégraphe Emmanuelle Huynh ancre "Plateforme MÚA" dans le port nazairien. Avec sa compagnie, elle crée un espace d’expérimentation et de création, pour se rapprocher des habitants.

Fin 2010, Emmanuelle Huynh confiait à La Croix rêver d’une chorégraphie sur le chantier naval. Six ans plus tard, la danseuse-chorégraphe installe "Plateforme MÚA", sa compagnie, dans la cité portuaire. Sa fascination pour Saint-Nazaire remonte à 2001, année pendant laquelle elle s’intéresse aux charpentiers japonais, puis aux chantiers. "Comment construit-on ? Avec quels  gestes ?  La manière de mouvoir les pièces, c’est pour moi le summum du chorégraphique. Cela me nourrit au même titre que la danse,  les  arts  visuels  ou la philosophie", explique Emmanuelle Huynh.

Toute jeune, l’artiste s’était engagée, auprès de son père, à continuer ses études pour pouvoir suivre des cours de danse quotidiens. Diplômée d’un DEA de philosophie, elle le remercie : "La philosophie et la danse m’ont configurée pour penser et agir en même temps. " Deux périodes raviront ses parents : "à 20 ans, quand je suis entrée dans l’école de Maurice Béjart, et de 2004 à 2012, quand j’ai dirigé le Centre national de danse contemporaine à Angers. " Entre les deux, à 30 ans, la danseuse obtient une bourse pour un projet qui la mène dans le pays de son père: le Vietnam. Elle en rapportera une première pièce : le solo Múa.

Portraits américain et nazairien

L’oiseau bleu traduction de son prénom vietnamien Thanh Loan  vole maintenant dans le port nazairien. "L’ouverture  sur  un ailleurs, cela m’attire. Mon père est arrivé dans le port de Marseille, en 1950. Être installée entre deux pays, cela joue dans ma façon de danser. " Emmanuelle Huynh se sent heureuse ici et l’administratrice de Plateforme MÚA, Marine Poncet, le confirme : "Elle est pleine d’enthousiasme et de fraîcheur." Celle qui avait dansé pour les inaugurations du LiFE en 2007, puis du Théâtre en 2012, se réjouit de faire son nid à Saint-Nazaire. "On a envie de travailler le territoire comme un espace d’expérimentation à égalité avec le studio de danse."

En résidence au Théâtre pour la création "Formation " avec 4 danseurs, allant de l’enfant à la personne âgée, elle prépare aussi un portrait de Saint-Nazaire comme celui qu’elle a fait de New-York avec Jocelyn Cottencin et visible au LiFE à la fin du mois. 

Exposition et performance au LiFE

Dans le cadre de l’année américaine, le LiFE et le Théâtre présentent "A taxi driver, an Architect and the High Line ". Cette œuvre d’Emmanuelle Huynh et de Jocelyn Cottencin dresse un portrait de la ville de New York à travers trois personnages et leur relation à l’espace. Elle prend la forme de trois films. La performance de la chorégraphe et du plasticien vidéaste est pensée comme un 4e écran.

 

  • Du 28 octobre au 12 novembre Vernissage et performance le 27 octobre à 19h
  • Performances le 10 novembre à 19h et le 12 novembre à 16h (gratuit sur réservation)