- Economie

Port de Saint-Nazaire. Le nouveau boulevard des Apprentis se dévoile

Au cœur de la Zone Industrialo-Portuaire (ZIP) de Saint-Nazaire, le dévoiement du boulevard des Apprentis a permis de créer un itinéraire adapté aux flux logistiques des industriels du port, plus sûr pour tous les usagers. Par ailleurs, grâce à cette opération d’envergure, Les Chantiers de l’Atlantique gagnent 17 000 m2 d’aire de prémontage des blocs de navires.

Inauguré le 6 juillet dernier, cet itinéraire de 1,2 kilomètre et 21 mètres de large est l’épine dorsale reliant le pôle industriel de Montoir- de-Bretagne et le hub logistique EMR, près de la forme Joubert. Chaque jour, le boulevard voit passer quelque 14 000 véhicules, dont de nombreux camions transportant des colis lourds et volumineux : autant dire que le chantier de réaménagement était colossal, à la fois pour répondre aux besoins des industriels installés sur la zone mais également pour le développement du quartier de Méan-Penhoët.

L’État, les collectivités, l’ensemble des industriels de la zone et des habitants du quartier se sont donc retrouvés autour de la table, en 2016. "Heureusement, sur ce territoire, nous savons travailler ensemble et nous rassembler sur les objectifs prioritaires", rappelle David Samzun, maire de Saint-Nazaire et président de la CARENE. Un argument que reconnaît bien volontiers Jean-Pierre Chalus, le président du Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire, saluant "une remarquable fluidité dans la prise de décision autour de ce projet, et la bonne volonté de tous, à commencer par les industriels qui ont dû être relocalisés".

Jean-Pierre Chalus insiste : cette opération était indispensable pour le développement industriel et portuaire, "car le port de Nantes Saint-Nazaire est aujourd’hui identifié comme étant spécialiste de la logistique XXL au niveau européen. Nous allons continuer de l’aménager pour répondre à ces besoins et attirer de nouveaux acteurs portuaires". 

Un chantier inédit et soucieux des nuisances

Depuis juin 2016, date à laquelle  la CARENE a pris la compétence du dossier d’aménagement, le chantier a été mené à un rythme soutenu pour une livraison dans les temps, et même en avance ! Principales contraintes : des terres excavées lors des travaux de terrassement et d’installation des réseaux ont dû être dépolluées.

"Quelques obus de la Seconde Guerre mondiale ont aussi été trouvés, ainsi que d’anciens rails et traces de constructions béton qui ont freiné le chantier", explique Serge Podeur, responsable du projet à la CARENE. "Mais nous nous attendions à ce genre de surprises. On s’est adapté et il n’y a finalement eu aucun retard." 

Lors du chantier, les terrains ont été traités sur place, sans déplacements inutiles : après le décompactage des matériaux, un liant hydraulique a été directement injecté pour améliorer les propriétés mécaniques. Pour ces travaux, l’entreprise Eiffage et le groupe de travaux publics Charier ont utilisé une machine spéciale dont il n’existe que deux exemplaires en France. "Nous avons réutilisé un maximum de terre en place, ce qui a permis un gain de temps et de limiter les rotations de camions sur le site", poursuit Serge Podeur. 

Améliorer la qualité de vie et l’attractivité du quartier

Une démarche de concertation pilotée par l'agence d'urbanisme "La forme et l'usage (LALU)" a été menée avec les habitant.e.s du quartier. Le long du boulevard, il est prévu que le merlon aménagé sur d’anciennes cuves en béton soit conservé afin de bénéficier de sa fonction d’écran anti- bruit. Il sera paysagé dans l’esprit bocager du site originel.

Le nouvel aménagement inclura un belvédère pour permettre aux habitants, curieux et touristes, de bénéficier d’un panorama inédit et sécurisé sur la zone industrielle, et en particulier sur le portique géant d’assemblage des paquebots.

Côté voirie, la rue de la Petite Usine accueillera une piste cyclable, tandis qu’au nord de la rue Clément Ader, l’aménagement d’une place de jonction avec les rues de Trignac et Émile Combes sera réalisé afin d’apaiser la circulation et de sécuriser les différents modes de déplacements.  Les études d’avant-projet sont en cours de réalisation et les travaux doivent débuter à partir du 1er trimestre 2019. 

Un enjeu stratégique pour les Chantiers

Grâce au dévoiement du boulevard des Apprentis, les Chantiers de l’Atlantique ont pu réaliser une extension de 135 mètres de l’aire de prémontage des navires, et plus large, permettant de gagner au total près de 35 % de surface supplémentaire.  

"Nous pouvons désormais y mettre des blocs de grande largeur et réaliser davantage de préarmement, ce qui permet de réduire le temps de montage des navires", explique Laurent Castaing, directeur général des Chantiers de l’Atlantique. L’enjeu est clairement stratégique pour le constructeur : cette extension permettra de tenir le rythme de livraison, dans les années à venir, de deux paquebots par an.  Les rails du très grand portique viennent d’être prolongés et dès cet automne, "nous pourrons commencer à manipuler des blocs sur cette zone", ajoute Laurent Castaing. "Sans cet aménagement, nous aurions eu une année 2019 très compliquée.

Tout un territoire à la manoeuvre

Ce chantier hors-norme a été possible grâce à une réflexion élargie et multipartenariale pour prendre en compte les perspectives de développement du chantier naval et des autres acteurs économiques de la ZIP, tels que MAN Energy Solutions, Stelia, Sides, le logisticien IDEA, etc. 

Son financement à hauteur de 13,2 millions d’euros ht a été assuré par de nombreux partenaires : 

  • L’État : 408 000€+2M€ au titre du Fonds de soutien à l’investissement local (FSIL). 
  • La Région Pays de la Loire : 1 704 000€
  • Le Département de Loire-Atlantique : 2 228 000 €
  • La CARENE : 2 733 000€(*) 
  • La Ville de Saint-Nazaire : 2 000 000€(*) 
  • Les Chantiers de l’Atlantique (ex-STXFrance ): 2 700 000€ 
  • Le Grand port maritime de Nantes Saint-Nazaire : 1 445 000 € 

Boulevard des Apprentis à Saint-Nazaire : retour sur un chantier XXL