- Culture

Saint-Nazaire. Le Grand Café reconnu pour son rayonnement national et international

L'adjoint à la Culture de Saint-Nazaire Jean-Jacques Lumeau, la directrice du Grand Café Sophie Legrandjacques, la directrice régionale des affaires culturelles Nicole Phoyu-Yedid (©Ville de Saint-Nazaire - Martin Launay) - Agrandir l'image, .JPG 196Ko (fenêtre modale)
L'adjoint à la Culture de Saint-Nazaire Jean-Jacques Lumeau, la directrice du Grand Café Sophie Legrandjacques, la directrice régionale des affaires culturelles Nicole Phoyu-Yedid (©Ville de Saint-Nazaire - Martin Launay)

Le Grand Café à Saint-Nazaire est l’un des premiers lieux à se voir attribuer le label "Centre d’art contemporain d’intérêt national" par le ministère de la Culture. C’est une reconnaissance de la politique culturelle pour les arts visuels menée par la Ville et l’apport de subventions supplémentaires.

Le label "Centre d’art contemporain d’intérêt national" (CACIN) marque une reconnaissance du ministère de la Culture pour un lieu, mais aussi pour la politique culturelle d’un territoire. "Le Grand Café facilite l’émergence des artistes, notamment des artistes internationaux", déclare la directrice régionale des affaires culturelles (DRAC) et représentante de l'Etat Nicole Phoyu-Yedid. "Nous sommes interpellés par ce qui se joue à Saint-Nazaire en lien avec Nantes en matière culturelle."

Un rayonnement sans frontière

Non seulement le Grand Café rayonne en France et à l’étranger, mais l’ouverture d’une classe préparatoire publique aux Beaux-Arts sur le territoire participe à cet écosystème qui offre une liberté de création. "C’est le fruit, au-delà de nos espérances, d’une ambition insufflée par un maire, Joël Batteux, il y a 20 ans et que l’on a su accompagner", se félicite l’adjoint de la Ville à la Culture Jean-Jacques Lumeau. "Cela n’a pas été évident : la création interpelle et dérange parfois, tant mieux ! Ce label n’est pas une fin en soi, mais un nouveau départ."

Faciliter l’accès à l’art contemporain

La directrice du Grand Café Sophie Legrandjacques confirme : "il vient redire une ambition artistique pour le territoire avec un dialogue entre la création contemporaine et les publics, ainsi qu’un engagement pour l’éducation artistique et culturelle." Proximité et médiation doivent en effet faciliter l’accès à l’art contemporain, particulièrement dans une période de crise sociale et de questionnement sur un "service public de la culture". Nicole Phoyu-Yedid souligne l’importance d’un maillage territorial au-delà des métropoles.

Le label CACIN permet d’obtenir des financements de l’État à hauteur de 40000€ sur deux ans, ainsi que 10000€ de la Région et du Département. La labellisation du Grand Café était un objectif inscrit au plan d’action de la délibération cadre qui fixe la politique culturelle de la Ville et votée à l’unanimité le 30 juin 2017.