- Jeunesse

SESSAD de Méan-Penhoët . Direction l’île de Ré pour le groupe des 5 filles


Le groupe des 5 filles : Tigui, Maëlia, Mihaly, Amandine et Julie. - Agrandir l'image, .JPG 548Ko (fenêtre modale)

Le groupe des 5 filles : Tigui, Maëlia, Mihaly, Amandine et Julie. Pour leur projet vacances, elles sont accompagnées par deux éducatrices : Pauline Norctein et Delphine Guichard (absentes de la photo).

Au Sessad de Méan-Penhoët qui accompagne des enfants et des adolescents en situation de handicap, elles forment le groupe des 5 filles. Collégiennes et lycéennes bien décidées, elles se sont lancé un défi cette année : organiser elles-mêmes leurs vacances sur l’île de Ré.

"On se retrouve régulièrement au Sessad et on s’entend bien", explique Amandine, lycéenne de Notre-Dame-de Grâce. "Notre idée, c’était de nous débrouiller entièrement par nous mêmes, tout organiser pour partir quelques jours sans les parents". "Et vivre sans nos contraintes habituelles, sans les rendez-vous pour les soins pendant quelques jours", ajoute Julie, collégienne à Saint-Nazaire.

Rapidement le budget est établi (autour de 900 euros), le lieu choisi (ce sera l’île de Ré). Il ne leur restait plus qu’à trouver deux mobiles homes accessibles aux personnes à mobilité réduite (PMR). "Et on s’est rendu compte en cherchant sur Internet ou en téléphonant directement aux campings que ce n’était pas si simple à trouver", explique Julie.

Tout est calé, le groupe des 5 filles cherche désormais à boucler son budget vacances en multipliant les initiatives : vide-greniers, vente de gâteaux. Elles tiendront un stand lors de la braderie au centre-ville le 6 avril prochain et sur le marché de Saint-Nazaire le 9 avril. Elles seront également présentes à la Fête du sourire le 11 mai, place de l’Amérique latine et le 19 mai sur le Front de mer. Le grand départ est prévu pour le 3 juillet prochain.

A savoir


Créés dans les années 70, les SESSAD (Service d’Education Spéciale et de Soins à Domicile ) proposent une prise en charge différente des établissements spécialisées. L’accompagnement se fait "hors les murs" au domicile et dans les lieux de vie habituels des enfants et adolescents en situation de handicap.

Au Sessad de Méan-Penhoët géré par l’APF France Handicap, une trentaine d’enfants et de jeunes bénéficient de ces services. Des groupes s’y réunissent régulièrement pour monter ensemble des projets.