Informations annexes au site

Fabrique des politiques sociales

Le 23 mars 2017 était officiellement lancée la Fabrique des politiques sociales avec différents acteurs, professionnels et citoyens. Il en résulte, 9 mois plus tard, une délibération cadre votée lors du Conseil municipal. Que contient la délibération ? Qu’est-ce que cela va changer ? Retour sur une expérience innovante.

Au printemps dernier, la Fabrique des politiques sociales avait pour ambition de questionner les acteurs sociaux, les partenaires institutionnels, les associations et les habitants autour de quatre thèmes : l’isolement social, le vieillissement, le mal-logement et la grande précarité. D’avril à juin 2017, plus de 150 personnes ont participé à des ateliers. "Cela me fait chaud au cœur de voir une telle mobilisation", déclarait le maire de Saint-Nazaire David Samzun lors de la soirée de restitution le 10 octobre. "Pour nous, l’action sociale nazairienne est le fruit d’un travail de réseau et de co-construction."

Faire avec, faire savoir et faire des choix, en adaptant en permanence les réponses aux besoins sociaux, tel est l’état d’esprit qui a traversé la Fabrique des politiques sociales, et qui va continuer à nourrir les politiques sociales désormais. "Chaque année nous organiserons un forum du social pour évaluer la mise en œuvre des actions de la Fabrique et les adapter aux besoins", explique Régine Le Bail, adjointe au maire.

20 grandes actions

Pendant l’été, les élus ont étudié les 150 propositions. Ils en ont retenu une vingtaine, qui constituent un plan d’actions voté le 22 décembre 2017 en Conseil municipal, à mettre en œuvre entre 2018 et 2020.

Contre l’isolement sont prévus : la création d'une épicerie sociale et/ou solidaire, un accompagnement accru pour l’accès aux droits, des aides pour l’accès à la culture, aux sports et aux loisirs, une harmonisation des aides sur le territoire et un appel à projets pour des initiatives intergénérationnelles. Pour lutter contre le mal-logement, l’idée est d'expérimenter de nouvelles formes de logements pour des publics en grande précarité, de pérenniser un partenariat entre le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS), la Ville et la CARENE sur la précarité énergétique et de développer les échanges entre le CCAS et les bailleurs sociaux.

Concernant le vieillissement, la Fabrique envisage l’adhésion au réseau "Ville amie des aînés" afin de repenser globalement la ville (équipements, aménagements et services publics) pour en faciliter l’accès aux séniors, de créer un Conseil des aînés, de développer des solidarités de proximité, ainsi qu’une offre d’animation pour ce public dans tous les quartiers. Une réflexion sera engagée sur une possible future maison des aidants.

Au niveau de la grande précarité, l’accueil de jour et restaurant social Le Trait d’union sera relogé, l’entraide entre pairs ayant connu la rue encouragée. La délibération prévoit de renforcer la veille sociale, ainsi que le partenariat autour de l’accompagnement des publics présentant des fragilités psychiques et de mieux coordonner les initiatives sur l’accueil des personnes étrangères.