Bientôt une micro-forêt à la place de l’ancien Lidl

Installation des couches d'amendement et de broyat de rameaux sur la parcelle de l'ancien Lidl à Saint-Nazaire.

Laisser plus de place à la nature partout où cela est possible, tel est l’un des enjeux forts de la Ville de Saint-Nazaire qui se concrétise avec l’émergence d’une deuxième micro-forêt.

C’est au croisement de la rue de Ville Halluard et de la rue Henri Gautier, sur un espace de 2600 m2, que vont pousser 6000 arbres.

Nous pensons ce geste comme un acte de résistance au dérèglement climatique, c’est une belle pièce du puzzle.

Christophe Cotta, adjoint au maire de Saint-Nazaire

Cette deuxième micro-forêt dans les espaces publics de Saint-Nazaire, après la plantation de décembre 2023 boulevard Emile Broodcoorens, se veut un acte de résistance permettant une infiltration des eaux et un rafraîchissement naturel, mais aussi un acte de pédagogie.

Des élèves de CP participent à ces plantations. Avec les croisières des CM2 dans l’estuaire pour mieux connaître la géographie qui les entoure, ce nouveau maillon d’entrée de cycle complète les bons réflexes à donner à la jeune génération

David Samzun, maire de Saint-Nazaire

Quand le sol sera prêt, les écoliers planteront 1600 arbres en décembre prochain. Les 4400 végétaux restants le seront par des volontaires. Un appel à participer sera lancé auprès des habitants pour cette opération collective. Après la destruction de supermarché Lidl en mai-juin, l’heure est à la préparation du sol.

Nous avons enlevé environ 30 cm de couche sous le bitume que nous venons combler avec de la terre végétale et du remblai. Nous y ajoutons une couche de compost et du BRF, Bois Raméal Fragmenté, pour protéger le sol des intempéries. 

Yves-Laurent Moullec, chef de projet au service des projets urbains

Micro-forêt des circuits courts

Début décembre 2024, des jeunes arbres de différentes tailles pourront être plantés.

Cette préparation du sol pour sa renaturation a été envisagée dans une démarche écologique et vertueuse. Les sols pollués présentant des risques sanitaires ont été évacués. Mais la majorité des terres, bien qu’elles contiennent des résidus de pollution (hydrocarbures et métaux), est conservée sur place et améliorée afin d’éviter des opérations de transports coûteuses en carbone, ainsi qu’un remplacement provoquant une consommation de terres arables.

Le remblai utilisé provient du chantier d’Heinlex. Les différentes essences de végétaux (une vingtaine) ont été inspirées par le parc naturel régional de Brière. Les plants sont issus de la pépinière du Val d’Erdre à Carquefou et Saint Mars du Désert. Plantés tout petits, ils pourront développer un système racinaire solide et s’acclimater rapidement. Les allées seront paillées de foins issus de la fauche des espaces verts de la Ville.

La micro-forêt sera conçue pour offrir un paysage d’abord aéré sur le devant, puis de plus en plus dense avec trois unités par m2. Au premier plan, les arbres s’élèveront de 0,5 à 3 mètres pour atteindre 25 mètres plus au fond. Cet étagement permettra d’observer les paquebots. Un grand peuplier noir déjà présent sur la parcelle sera valorisé près des allées qui ne permettront pas d’accès dans la forêt.

Ce peuplier noir sera valorisé sur le site où des panneaux expliqueront les enjeux de la micro-forêt.
Revenir en haut de page