Pas de limite d’âge pour pratiquer le judo

Julie Da Costa, professeur de judo, et William Mathey, référent régional des vétérans, combattent pendant l’entraînement du mercredi du Judo club nazairien. Les sections judo loisir et Taiso complètent l’offre du club. (©Ville de Saint-Nazaire – Christian Robert)

Le Judo club nazairien compte 350 licenciés, parmi lesquels plus d’un tiers de vétérans, les plus de 30 ans. Nommé référent vétéran au niveau régional, le Nazairien William Mathey dynamise et structure l’activité pour ces judokas.

 

Ce mercredi soir, dans une salle du gymnase Léo-Lagrange, une quarantaine de judokas entourent Julie Da Costa. La vice-championne du monde vétéran à Amsterdam en 2015 entraîne des adultes de tous les âges.

Passé 30 ans, certains maintiennent leur condition physique, d’autres sont de vrais compétiteurs. Dans les tournois le week-end, « il y a plus de respect qu’en senior, note l’un d’eux. Il faut éviter les blessures car tout le monde va travailler le lundi, même les retraités qui font du bénévolat. »

Ici, l’entraide et la solidarité ne sont pas de vains mots. Maître Alphonse Lemoine, créateur du club en 1951 et directeur technique, insuffle sans doute ces valeurs qu’il a découvertes lors d’un voyage au Japon : « Il y avait une attention particulière pour les anciens, témoigne-t-il aujourd’hui, à 88 ans. Lors des combats, les plus jeunes les faisait chuter avec précaution. »

 

Julie Da Costa est sensible à la pratique du judo en loisir ou sportsanté pour maintenir une forme physique : « Je perçois les limites de chacun et cela permet d’éviter des malaises ou blessures. » À 77 ans, Laurent Texier apprécie et poursuit la compétition : « J’en fais depuis mes 15 ans, je n’ai jamais arrêté. »

Parmi les 122 vétérans que Julie Da Costa entraîne, une quinzaine s’inscrit dans des tournois auxquels elle participe également. « Tout l’enjeu est d’adapter les séances à tout le monde. Pour les compétiteurs, j’augmente l’intensité et je fais travailler la technique personnelle. »

Maître Alphonse Lemoine, créateur du club en 1951 et directeur technique, donne quelques conseils pendant la séance. (©Ville de Saint-Nazaire - Christian Robert)

Le Judo club nazairien reconnu en vétéran

Les vétérans qui participent aux tournois « sont souvent des compétiteurs de longue date qui continuent à se faire plaisir », remarque le président du club Alain Macé. Il existe 70 catégories, selon l’âge et le poids, chez les hommes et les femmes. « Cela crée une émulation collective », ajoute William Mathey, nommé référent vétéran de la ligue des Pays de la Loire voilà deux mois.

Également membre de la commission nationale « France judo vétérans » de la Fédération française de judo, le Nazairien contribue à promouvoir ce sport pour les plus de 30 ans. « J’allais arrêter ma carrière de judoka quand j’ai participé au championnat du monde vétéran à Toronto en 2005. J’ai eu la chance et le plaisir de devenir vice-champion et cela m’a inscrit dans une nouvelle dynamique. Avec quelques Français, nous avons alors créé des tournois labellisés en France, et l’engouement s’est développé. »

En mars, les vétérans nazairiens se sont illustrés à la coupe de France à Bordeaux avec deux victoires et deux places de 3e. Le prochain défi aura lieu lors du premier championnat de France vétéran organisé à Paris les 18 et 19 juin.

Le groupe de judokas nazairiens vétérans (©Ville de Saint-Nazaire - Christian Robert)

Revenir en haut de page