- Divers

Centre-ville. La réalité virtuelle s'implante au sein du campus numérique de Saint-Nazaire

Après un mois de travaux, Tony Hospice a ouvert un espace de jeux et de réalité virtuelle dans le centre de Saint-Nazaire. (©Ville de Saint-Nazaire - Martin Launay) - Agrandir l'image, .JPG 217Ko (fenêtre modale)
Après un mois de travaux, Tony Hospice a ouvert un espace de jeux et de réalité virtuelle dans le centre de Saint-Nazaire. (©Ville de Saint-Nazaire - Martin Launay)

Une nouvelle enseigne a ouvert mi-février à Saint-Nazaire. Spécialisée dans la réalité virtuelle, Pixel-V illustre la dynamique des projets liés au numérique dans le centre-ville de Saint-Nazaire.

Au niveau du Paquebot avenue de la République, une porte ouvre sur l'obscurité. Une ancienne boutique de textile laisse place à la réalité virtuelle, une invitation vers différents univers. L'espace de loisirs Pixel-V, porté par Tony Hospice et sa compagne Nadège Boucourt, vient s'ajouter aux projets numériques prévus dans le centre-ville. « Cette implantation au coeur du futur campus numérique est importante pour nous, témoigne Tony Hospice, car nous souhaitons faire découvrir la réalité virtuelle à tous. »

Installé à Saint-Nazaire depuis 18 mois, le couple aurait souhaité ouvrir plus tôt. « Fin 2016, on avait un local rue Albert De Mum, mais au dernier moment cela ne s'est pas fait. » L'ouverture a donc eu lieu le 17 février à quelques pas de là. Une reconversion passionnante pour ces nouveaux Nazairiens qui s'étaient rencontrés à Grenoble et ont choisi de déménager dans l'Ouest. « C'était l'occasion de repartir à zéro et de s'investir dans des projets plus personnels. »

Expériences immersives

L'ancien responsable d'exploitation dans le transport de déménagement et l'ancienne gérante d'une société de serrurerie métallerie ont eu une révélation lors d'un voyage au Canada. Ils y ont découvert un espace de jeux dédié à la réalité virtuelle et ont eu l'idée de développer ce concept novateur en France. « La réalité virtuelle existe depuis 25 ans, mais c'est seulement depuis 2016 qu'elle s'ouvre au grand public », s'enthousiasme Tony Hospice.

Dans l'un de ses cinq boxes, il coupe le joueur du réel et lui propose une expérience immersive. Selon l'appréhension et les goûts de chacun, cette expérience aura lieu dans les profondeurs de l'océan ou dans un vaisseau spatial. Pour les contemplatifs, il pourra s'agir d'observer une danseuse qui tourne autour de soi, pour les créatifs de dessiner en quatre dimensions. Il y a aussi des jeux de gangster et des jeux d'horreur. Certains contenus ont des vocations plus éducatives comme l'immersion à l'échelle d'une cellule dans le corps humain ou la visite de l'épave du Titanic. 

Le concept attire les familles et les groupes d'amis de tous les âges. « On oublie vite le virtuel », commente Tony Hospice, étonné que les personnes âgées soient réceptives à sa technologie. Ouvert du mercredi au dimanche, il espère embaucher d'ici l'été.