- Culture

Instants patrimoine #6. Ecole Jean Jaurès : la fresque des jeux et des savoirs

Cette fresque a été réalisée par Arthur Fagés dans l’escalier central d’accès à la grande salle d’activité de l’école Jean Jaurès - Agrandir l'image, .JPG 240Ko (fenêtre modale)
Cette fresque a été réalisée par Arthur Fagés dans l’escalier central d’accès à la grande salle d’activité
de l’école Jean Jaurès

Pour ce sixième rendez-vous d’Instants patrimoine, partons à la découverte de la fresque située dans l’escalier central de l’école Jean-Jaurès. Une œuvre qui fait la part belle à l’enseignement et à l’apprentissage chez l’enfant.

L’école Jean Jaurès est le premier bâtiment public reconstruit. La nouvelle école est un bâtiment très important de la Reconstruction, autant par sa taille, 4 000m², que par sa qualité architecturale. Elle est conçue comme un manifeste de la renaissance de la ville au cœur de laquelle l’enfant et l’enseignement prennent une place importante.

Construite en schiste et granite, tout en utilisant des planchers bétons, protégée par ses vastes toits d’ardoises, l’architecture est d’un style régionaliste tout en observant un plan et des dispositions modernes. L’école est orientée par rapport à la course du soleil et coupée des vents dominants du sud-ouest. Coté océan, l’école fait le « gros dos » à l’abri d’épais murs de pierre. A l’inverse elle est entièrement ouverte vers l’est afin de bénéficier de la lumière naturelle du matin lors des apprentissages « sur table ».

Innovant pour l’époque, le chauffage par le sol est une petite révolution. Il alimente les bains-douches situés de l’autre côté de la rue. Les deux bâtiments sont complémentaires : en semaine c’est l’école qui est la première consommatrice tandis que le weekend les flux s’inversent.

L’école Jean Jaurès devient le premier manifeste du « 1 % » à Saint-Nazaire, par son programme d’arts décoratifs. Cette loi, qui s’inspire de réflexions d’avant-guerre, prévoit d’affecter 1 % de la construction de toute nouvelle école à la réalisation d’une œuvre artistique. Une fresque est réalisée dans l’escalier central d’accès à la grande salle d’activités. Elle illustre la nouvelle donne éducative : la forme triangulaire de la peinture permet une lecture (à partir de la base) où se situent les premières expériences liées aux jeux, vers les enseignements-clefs. A la lecture (Molière), succèdent l’algèbre, la géométrie, la géographie (le globe), l’histoire. Celle-ci est personnifiée par un fortin au drapeau tricolore. La fresque semble rappeler que les apprentissages par le jeu ne sont pas à opposer à l’enseignement « de l’école ». Bien au contraire. L’un nourrit l’autre. Et à y regarder de plus près, voilier ou peluche pourraient bien provenir du sapin de Noël.

L’œuvre est réalisée par le peintre toulousain Arthur Fagés. De grande taille, 3 mètres sur 5 mètres, elle a été réalisée directement sur l’enduit.