- Concertation, Divers, Enfance, Jeunesse, Mairie, Tourisme

Jeunesse. Ils veulent « faire bouger Saint-Nazaire »

Agrandir l'image, .JPG 2,69Mo (fenêtre modale)
« Agora Jeunesse », samedi 16 janvier dernier à la Maison des associations de Saint-Nazaire.

Près de 500 jeunes Nazairiens ont été interrogés sur ce qu'ils aimeraient voir changer à Saint-Nazaire. Les points de vue de Shéhérazade et Loïc.

« Saint-Nazaire a un réel potentiel pour réunir les jeunes », annonce d'emblée Shéhérazade, 19 ans. Arrivée il y a un peu plus d'un an à Saint-Nazaire, cette volontaire en service civique à Unis-Cité souhaite rendre la ville "plus dynamique". Il manque « des bars d'ambiance le soir, des boîtes de nuit mais aussi des structures ouvertes la journée dans lesquelles nous pourrions participer à des activités ludiques »

Des activités tout au long de l'année

Pour Loïc, 19 ans, en terminale bac pro technicien d'usinage au lycée Brossaud-Blancho, il faudrait « organiser plus d'activités tout au long de l'année, surtout l'hiver où il ne se passe pas grand chose pour les jeunes à part la patinoire de plein air et la fête foraine. »Cela tombe bien, dans le cadre de « Jeunes en ville », l'association Léo-Lagrange a organisé, à la demande de la Ville de Saint-Nazaire, le samedi 16 janvier une « Agora Jeunesse » à la Maison des associations de Saint-Nazaire."Cette attente d'une ville plus animée est forte et n'est pas nouvelle, » réagit Yvon Renévot, adjoint au maire chargé des politiques jeunesses. "Nous voulons faire un bond en avant sur cette question. L'une des missions du conseil nazairien de la jeunesse qui émergera des assises de la jeunesse fin février sera de  travailler à la mise en oeuvre des propositions que feront les jeunes notamment sur les animations. J'ai pleine confiance en eux pour inventer, créer."

Une soixantaine de jeunes de 15 à 25 ans se sont réunis pour débattre et réfléchir à l'ouverture d'un lieu qui leur serait réservé. L'occasion également de revenir sur les idées et propositions de 480 jeunes qui avaient été interrogés de mi-octobre à décembre à travers une dizaine d'ateliers.

Donner son avis

Il y a pour tous les deux, une réelle envie de s'investir dans des projets et de donner son avis. Pour Loïc, « la parole de chaque jeune est importante. » La Ville a raison de recueillir notre avis car sinon le risque c'est d'ouvrir un lieu qui ne sera pas à notre goût », ajoute Shéhérazade.
 

Prochain rendez-vous

Les assises de la jeunesse le samedi 27 février où les jeunes débattront à nouveau et acteront les propositions de nouveaux projets, notamment l'espace jeunesse et le Conseil nazairien de la jeunesse.