- Environnement, Famille

Saint-Nazaire. Les restaurants scolaires passent au verre

Les écoliers se régalent avec un velouté de légumes anciens, un couscous végétarien et un fromage frais bio de la ferme de Gineau. - Agrandir l'image, .JPG 138Ko (fenêtre modale)
Les écoliers se régalent avec un velouté de légumes anciens, un couscous végétarien et un fromage frais bio de la ferme de Gineau.

La restauration municipale de Saint-Nazaire renouvelle sa vaisselle en optant pour du verre trempé. Elle s’engage dans cette démarche pour la santé et pour l’environnement bien avant l’obligation légale du 1er janvier 2025.

Exit le plastique : les enfants de écoles Buisson, Chateaubriand, Lamartine, Michelet, Rousseau, Zay et le Centre de loisirs de Bonne Anse prennent désormais leur déjeuner dans de la vaisselle en verre trempé (origine France) et se servent en eau avec des pichets en inox.

Avant la fin décembre 2019 ce sera aussi le cas des écoles Bert, Blum, Brossolette, Camus, Carnot, Chédid, Ferry, Gambetta, Hugo, Jaurès, Rebérioux et Renan.

Seules les écoles Curie et Simon devront patienter un peu, le temps que la restructuration ou la reconstruction de leurs locaux soit menée à bien. L’espace disponible aujourd’hui étant insuffisant pour stocker cette nouvelle vaisselle.

Au total, plus de 26 000 pièces, assiettes, coupelles, bols, verres et pichets, sont en cours de remplacement dans les restaurants municipaux depuis le mois d’avril pour un budget de 28 000 euros.

Environnement et santé

«Nous avons souhaité anticiper la loi EGalim, explique l’adjointe au maire Lydie Mahé. Le service Restauration s’est engagé de longue date dans des pratiques durables». La loi EGalim ou loi «agriculture et alimentation», interdira à partir de 2025 les contenants alimentaires de cuisson, de réchauffe et de service en plastique dans la restauration collective.

Plus légère que la porcelaine, la vaisselle en verre est néanmoins plus lourde que le plastique utilisé jusqu’à maintenant. Une évaluation est prévue pour identifier les besoins en matériel tels que des chariots de manutention ou des casiers qui facilitent le port de charge et les gestes répétitifs.

Une étude est également en cours pour remplacer les plats de réchauffe par du matériel qui puisse combiner respect de l’environnement et préservation de la santé des enfants et des personnels. La meilleure solution identifiée sera mise en œuvre avant la date du 1er janvier 2025 fixée par la loi.