- Economie, Environnement

Une éolienne va flotter au large du Croisic

 © Ideol / Centrale Nantes / Above All - Agrandir l'image, .JPG 811Ko (fenêtre modale)
Floatgen sera "inaugurée" officiellement le 13 octobre prochain.

Le projet d’éolienne flottante se concrétise de semaine en semaine. C’est à Saint-Nazaire que se conçoit cette prouesse technique inédite.

Il y a un an, démarrait le chantier de Floatgen dans le port de Saint-Nazaire. Floatgen, c’est le nom de la première éolienne en mer en France, un prototype flottant de deux mégawatts (MW) qui sera installé au large du Croisic d’ici la fin de l’année. Exploité à partir de 2018, il servira de démonstrateur (test en conditions réelles) avant de se lancer dans le développement de fermes éoliennes flottantes commerciales. 

A ce jour, plus de 3 200 éoliennes sont installées en mer dans le monde. Mais ce projet porté par la start-up Ideol en collaboration avec les chercheurs de l’école Centrale de Nantes et Bouygues Travaux Publics se distingue par son caractère ottflant : « On pose l’éolienne sur un flotteur ce qui permet de s'affranchir de la contrainte de la profondeur, de développer des sites plus loin des côtes avec moins d’impact visuel et moins de conflits d’usage », précise le président directeur général d’Ideol, Paul de la Guérivière. 

A 22km au large du Croisic

Cela permet aussi de profiter de vents plus constants et plus forts pour un meilleur rendement de production électrique. Floatgen coûte plus de 20 millions d'euros et réunit sept partenaires européens depuis 2013. Des initiatives similaires voient le jour. Au large de l’Ecosse, une première ferme éolienne flottante a été créée cet été. Cinq éoliennes ont été tractées depuis leur site de fabrication norvégien.

Dans quelques semaines, Floatgen quittera également son berceau nazairien quai des Charbonniers pour s’implanter sur le site SEM-REV, premier site d’essais en mer dédié aux  énergies marines renouvelable (EMR). C’est là, à 22 km du Croisic, qu’ont été positionnées six lignes d’ancrage début août. Ces lignes sont innovantes car leur composition en nylon leur permet de résister à des vagues de 16 mètres. Quant à l’éolienne, modèle Vestas V80, elle sera remorquée sur son flotteur, un anneau carré en béton armé. Avec ses 60 mètres de haut, le prototype à l’échelle 1 ne devrait pas passer inaperçu en navigant au milieu du port. 

Un colloque international à Saint-Nazaire

Saint-Nazaire accueille le FWP Atlantic Forum un colloque international consacré au potentiel de l’éolien flottant les 2 et 3 octobre. Organisé par l’agence régionale Pays de la Loire innovation et Bretagne innovation développement avec le soutien de la CARENE, ce rendez-vous réunit spécialistes, chercheurs et industriels de ce secteur prometteur des énergies marines renouvelables. A Saint-Nazaire, l’éolien flottant est déjà une réalité avec le projet Floatgen (voir ci-dessus). Des visites sur le terrain, dans le port, aux chantiers navals et dans l’usine de fabrication d’éoliennes de General electric à Montoir-de-Bretagne sont venus compléter les ateliers organisés au Théâtre. 

Un centre d’exploration de l’éolien en mer 

L’émergence de cette filière de l’éolien en mer en France, et plus généralement des EMR, représente une opportunité unique pour le territoire de la CARENE où se concentrent déjà de nombreux acteurs et experts du domaine. Le 12 septembre dernier, la soirée de rentrée de l’agglomération était d’ailleurs consacrée au potentiel de cette "croissance bleue". Les projets et les coopérations entre secteur public et secteur privé se multiplient. 

Pour sensibiliser le public, toujours plus féru de tourisme industriel, un centre d’exploration de l’éolien en mer de 240 m2 sera ouvert en 2019 au-dessus du sous-marin Espadon. Les visiteurs auront une vue plongeante sur la plateforme dédiée aux éoliennes. Ils y verront transiter les Haliades 150 destinées au futur parc installé au large de Saint-Nazaire qui devrait être mis en service en 2021.