- Urbanisme

Saint-Nazaire : une ambition maritime et littorale

Partager les enjeux et fixer les grands principes du développement de Saint-Nazaire pour les 20 ans à venir. C’est l’objectif de la démarche «Saint-Nazaire, une ambition maritime et littorale » qui s’appuie sur les atouts d’une ville qui est à un tournant de son histoire. Interview de David Samzun, maire de Saint-Nazaire.

Que représente l’ «Ambition maritime et littorale» ?

Tout ceci est né d’une réflexion menée depuis 2017 par Saint- Nazaire, Pornichet, la CARENE / Saint-Nazaire Agglomération et le Pôle métropolitain Nantes- Saint-Nazaire, avec le soutien de l’État, du Conseil départemental de Loire-Atlantique, du Grand Port Nantes Saint-Nazaire, de la chambre de commerce et d’industrie. 

Ensemble, nous avons confié une étude à deux agences internationales (TER et Jornet-llop-Pastor) qui ont identifié les atouts paysagers, urbains, environnementaux, économiques communs et spécifiques à nos deux communes qui constituent la partie littorale de notre agglomération. Leurs travaux ont permis de porter de nouveaux regards et de définir cinq grandes ambitions : créer les conditions d'un littoral à vivre, valoriser la variété de nos relations à l’eau et aux littoraux, devenir une grande place nautique, promouvoir une autre idée du littoral, révéler l’océan de nature qui nous entoure.

Saint-Nazaire et Pornichet ont ensuite repris ces travaux à leur propre compte, à leur échelle communale. Pour ce qui nous concerne, les travaux de ces équipes ont révélé à quel point l’ensemble de la ville de Saint-Nazaire est concerné par la question littorale. Désirant partager les réflexions conduites par ces équipes, j’ai souhaité que nous puissions poser les bases d’un projet urbain ambitieux et rassembleur, que nous avons appelé « Saint-Nazaire, une ambition maritime et littorale ».

Quels secteurs sont concernés ?

L’ensemble de la ville est concerné par cette dimension maritime et littorale. Je songe aux quartiers des bords de Loire et du Brivet, à ceux qui voisinent le marais de Brière, à ceux qui sont en relation évidente ou plus discrète avec le front de mer. Cette démarche permet aussi de révéler les paysages et les points de vue de la ville, les liens entre tous les quartiers desservis par les grands boulevards tracés par nos aînés qui dessinent une ville rattachée à ses littoraux, tels que le boulevard Leferme, la route de la Côte d’Amour, sur laquelle j’ai souhaité stopper toute nouvelle signature de permis de construire afin de préserver et d’adoucir les liens entre les quartiers qui la bordent. Bien entendu, cette démarche nous permettra aussi d’évoquer les sites d’exception tels que Gavy-Océanis, le camp de la Torpille, le Fort de l’Ève, le plateau du Petit-Maroc...

Quel est l’objectif de cette démarche ?

Donner à voir et partager. Transformer la ville en transformant notre regard sur elle! Nous devons tenir tous les bouts de la chaîne : rappeler que Saint-Nazaire fait partie des cinq villes de la côte atlantique française de plus de 50000 habitants et qu'elle est un bassin d’emploi exceptionnel, prendre en compte cet océan de nature qui nous environne, prendre soin de toutes celles et ceux qui sont déjà là et se mettre en situation d’accueillir celles et ceux qui ne manqueront pas de nous rejoindre. Les démographes ne cessent de souligner à quel point les espaces littoraux sont attractifs. Au gré des politiques de transports, d’aménagement, d’habitat, à nous de dire comment nous souhaitons organiser la ville et la solidarité de demain. Je ne ferai pas partie de celles et ceux qui observent ou souhaitent organiser la pénurie et donc, in fine, la montée des inégalités.

Quels sont les projets et les réflexions en cours ?

«Saint-Nazaire, une ambition maritime et littorale » est d’abord une démarche, une vision de la ville qui, je l’espère, suscitera des commentaires et des critiques constructives. Elle rassemble des projets déjà bien avancés, autant que de simples interrogations et pistes de réflexions. Elle permet d’imaginer de nouvelles perspectives ou de nouveaux usages des lieux. Elle est aussi l’occasion de révéler un certain nombre de pépites au sujet desquelles il nous faut échanger avant qu’elles ne deviennent des espaces de projets. C’est un processus au long cours, où l’imagination et l’innovation sont de rigueur, et auquel actuels ou futurs habitants, jeunes et moins jeunes, travailleurs, associations ou encore entreprises pourront participer."

Déjà dans les tuyaux

  • Un port de plaisance. Près de la base sous-marine. Les études seront finalisées d’ici la fin de l’année 2019.
  • Boulevard Leferme. Les boulevards Paul-Leferme, de la Liberté et Émile-Zola forment un axe majeur de Saint-Nazaire. Entrée historique de la ville et menant directement vers son front de mer, ces boulevards seront aménagés, sécurisés et végétalisés.
  • Saint-Marc. Les aménagements se poursuivront jusqu'en 2021, notamment avec la future place Jacques-Tati dans le centre- bourg de Saint-Marc. De nouveaux commerces s’implanteront.
  • Sautron. La création prochaine d’un écoquartier sera accompagnée de la transformation du bâtiment dit de « la Goutte de lait » qui fera l’objet d’un appel à projet en 2020.
  • Ils contribuent aussi à l’ambition maritime de Saint-Nazaire. La pour- suite du travail de redynamisation du centre-ville. L’aménagement pay- sager du boulevard d’entrée de ville dont les travaux ont déjà commencé. La rénovation du centre commercial Jean Zay à Kerlédé. L’aménagement en cours de la plaine des sports.

Ouverts à la réflexion

  • Moulin du Pé. C’est un vaste projet urbain proche du centre-ville qui va s’engager sur les dix hectares laissés libres après le transfert de l’hôpital. La concertation a démarré en avril dernier.
  • Gavy. En 2023, les étudiants quitteront Gavy pour rejoindre Heinlex. Dès 2020, un appel à projet sera lancé pour imaginer le futur de cet espace vert entre ville et océan.
  • Porcé. Création d’une base nautique dédiée aux embarcations légères : catamarans, planches à voile, pirogues...
  • Bonne Anse. Imaginer une nouvelle «vie» à la villa Ker Louis et ouvrir le site au public.
  • Fort de l’Ève - Camp de la Torpille. Ancien fort militaire, le Fort de l’Ève est aujourd’hui une lande qui offre des points de vue panoramiques sur le sentier côtier qui relie Saint- Nazaire à Pornichet.
  • Route de la Côte d’Amour. L’objectif est de renforcer son rôle de trait d’union entre les ports de Pornichet et Saint-Nazaire, entre la Brière et le littoral. Une réflexion sera lancée sur la création d’une nouvelle ligne de bus accompagnée d’une piste cyclable.
  • Le plateau du petit Maroc. Laissé vierge par la démolition de la salle Jacques-Brel et de l’ancien VIP, le terrain offre une vue dégagée sur la Loire et accueille des événements festifs dont Les Escales. Son avenir reste à imaginer pourvu qu’il reste un bien commun de toutes les Nazairiennes et les Nazairiens et un balcon promenade dédié à notre littoral ligérien.
  • Et aussi. Le projet de rénovation urbaine de la Trébale (PRIR), le futur parc paysager, le maintien d’espaces agricoles, un parc urbain à Méan-Penhoët avec vue sur les Chantiers de l’Atlantique.