L'actualité de la concertation à Saint-Nazaire

- Divers, presse-communiques

Déclaration de David Samzun, maire de Saint-Nazaire au sujet de l'affaire qui oppose plusieurs élu.e.s de la majorité

Agrandir l'image, .JPG 324Ko (fenêtre modale)

« Je suis extrêmement attaché à la prévention des violences faites aux femmes et ait engagé très concrètement, dès le début de mon mandat de Maire, l’ensemble de l’équipe et de l’administration municipales dans un travail de prévention et de formation sur ces sujets afin que toute victime, agent municipal ou élu, sache qu’il pourrait toujours bénéficier de l’écoute et de l’accompagnement nécessaire. 

A ces diverses occasions, j’ai pu rappeler que les élus locaux ne sont ni juges, ni avocats. J’ai aussi rappelé mon profond attachement à l’écoute et à l’accompagnement de toute victime, par les associations spécialisées et les avocats, ainsi qu’à la présomption d’innocence.

Lorsque j’ai été saisi de rumeurs d’abus sexuels au sein de l’équipe municipale, j’ai invité toute personne qui serait en difficultés de ce fait à s’entourer de toutes les formes de conseils et d’accompagnements disponibles et à déposer plainte auprès des services de police ou de gendarmerie. 

J’ai par ailleurs décidé, en avril dernier, de saisir Madame la Procureure de la République de cette situation, dont mon initiative lui a permis de prendre connaissance, en lui demandant de porter une extrême attention pour la ou les victimes éventuelles et en la remerciant de l’écoute bienveillante qui pourrait être proposée.

A la faveur de nouveaux éléments survenus au début du mois de mai, j’ai décidé de revenir vers elle. Elle m’a fait savoir en retour qu’elle allait immédiatement diligenter une enquête. Je lui ai indiqué que je me tenais bien entendu à sa disposition.

Le lundi 13 mai 2019, un de mes adjoints, Martin Arnout, a annoncé devant le groupe des élus socialistes qu’il venait de déposer plainte ce même jour contre une de mes adjointes, Laurianne Deniaud, pour diffamation dans cette affaire.

La Justice étant saisie, il appartient aux parties de s’expliquer devant elle. Je ne ferai donc aucun commentaire sur un contentieux qui ne concerne pas les affaires communales ».