L'actualité du Conservatoire

- Culture

Conservatoire. Une expérience unique avec l’ensemble La Rêveuse

Céline Lamanda (traverso), Isabelle Guillaud-Marec (flûte à bec) pour la musique ancienne, Christian Chourot et Céline Lamanda (flûte traversière) - Agrandir l'image, .JPEG 93Ko (fenêtre modale)
Clôture de la semaine autour des oiseaux avec élèves et enseignants : Céline Lamanda (traverso), Isabelle Guillaud-Marec (flûte à bec) pour la musique ancienne, Christian Chourot et Céline Lamanda (flûte traversière). Absents sur la photo Jean-David Burki (viole de gambe), Christophe Gauche (orgue) et Florence maillet (clavecin)

Du 2 au 6 mars dernier, le Conservatoire a invité les artistes Florence Bolton, Benjamin Perrot et Kôske Nozaki, qui ont fait découvrir au public nazairien quelques instruments baroques au travers de la thématique des oiseaux.

Des mini-concerts dans les écoles, des conférences et des concerts, autant de rendez-vous qui ont rassemblé et ravi les différentes générations.

Touchés par l’intérêt des élèves adolescents

«J’ai beaucoup apprécié la mobilisation des enseignants et le travail réalisé en amont » dit Florence Bolton à propos des master-classes organisées en fin de semaine avec les élèves du département musique ancienne et les flûtistes « modernes » Pour  Benjamin Perrot, « la fluidité des rapports entre les enseignants en font un département exemplaire ». Peu habitués à intervenir aussi longtemps au sein d’un Conservatoire, ils ont été particulièrement touchés par l’intérêt des élèves adolescents qui les ont suivis dans toutes leurs interventions.

​​​​​​​La musique ancienne, une liberté d’interprétation

A travers ses concerts, l’ensemble La Rêveuse continue à faire vivre et résonner la musique ancienne aujourd’hui. Dans « Le Rossignol et l’Empereur de Chine », spectacle consacré au jeune public, on peut entendre des adaptations de Maurice Ravel pour les  instruments anciens, qui se fondent avec finesse à l’ambiance théâtrale du spectacle.

« Ce que l’on joue n’est pas forcément écrit «, dit Benjamin Perrot, appuyant le fait que l’improvisation est importante dans la musique ancienne et permet à l’interprète de jouer une musique improvisée dans l’instant.