Expressions politiques

Dans cette rubrique, retrouvez les expressions des groupes politiques du conseil municipal publiées chaque mois dans Saint-Nazaire magazine

Mai 2024

NOUS sommes victimes d’un acte de piratage numérique

Ce NOUS, ce n’est pas seulement le service informatique de la ville de Saint-Nazaire.
Ce NOUS, ce ne sont pas seulement les agent·es de la ville de Saint-Nazaire et de l’Agglomération.
Ce NOUS, ce ne sont pas seulement vos élu·es. Ce NOUS, c’est l’ensemble des habitant·es de notre commune sans exception. Cette attaque est l’affaire de toutes et tous et c’est pourquoi
notre cohésion est indispensable.Comme toujours, nous pouvons compter sur le service public pour nous défendre. Les expert·es de l’Etat sont venu·es prêter mains fortes à nos
équipes. Elles et ils ont constaté le bon niveau de nos défenses informatiques qui, cette fois malheureusement, n’ont pas résisté à des attaques généralisées et en constantes évolutions. Nous recevons chaque jour des témoignages de communes, d’entreprises, de mutuelles… qui ont été victimes et dont certaines soignent toujours leurs plaies. Comme toujours, vous pouvez compter sur nos agent·es dans tous les services. A l’heure du numérique, elles et ils sont pénalisé·es dans l’accomplissement de leurs missions et ont besoin de notre soutien et de notre patience pour œuvrer sereinement. Elles et ils ont à cœur de vous informer le plus précisément et le plus rapidement possible des différentes évolutions.Comme toujours, vous pouvez compter sur les élu·es du groupe majoritaire « Pour Saint-Nazaire ».
Les messageries et les agendas sont perturbés et nous essayons de reconstituer nos mémoires. Dans les semaines à venir, il est possible que nous manquions certaines rencontres avec vous. Par avance nous vous demandons votre compréhension. N’hésitez pas à nous interpeller sur l’espace public et par téléphone. La grande proximité avec laquelle nous avons souhaité conduire notre mandat doit nous servir à garder nos liens même différemment. Nous sommes sur le pont pour préserver les intérêts de la commune. Nos choix pour sortir de cette crise seront toujours guidés par l’intérêt général.
Dans cette période difficile nous devons conserver notre cohésion comme nous avons su le faire souvent dans notre histoire. Ces attaques se multiplient dans le monde et elles déstabilisent nos démocraties. Nous devons tenir bon. Ensemble

Les 39 élu·es du groupe « Pour Saint-Nazaire »

Cyber attaque et service public.

La cyberattaque largement évoquée dans ce bulletin municipal est dramatique.
Les services rendus par la collectivité seront durablement affectés. Le coût pour la collectivité sera très conséquent.
Grâce au sens du service public des agents municipaux et communautaires, un service minimum aux administré.e.s est organisé avec les moyens du bord.
Espérons que cela puisse toujours être le cas dans quelques semaines ou mois et qu’aucun blocage financier ne vienne enrayer cette machine très précaire tant le numérique est au cœur des mécaniques administratives et notamment bancaires.
Nous saluons chacun.e des fonctionnaires engagé.e.s dans cette lutte pour le service public. Merci à elles et eux. Nous appelons tout⋅es les administré·es à les soutenir dans ce moment compliqué.
En mai 2022, lors du conseil municipal, notre groupe Ensemble Solidaire Écologiste avait interrogé la majorité municipale sur les moyens alloués à la cybersécurité de notre collectivité, sur les résultats des tests d’intrusion, sur les méthodes mises en place pour limiter les risques.
Si la menace n’était pas ignorée, la réponse s’était voulue rassurante. Alors doit-on considérer, comme David Samzun l’a fait lors du conseil municipal d’avril, qu’une cyberattaque est une fatalité. Nous ne le pensons pas.
La résilience de notre collectivité, c’est à dire notre capacité à surmonter les difficultés, est une démarche politique et à ce titre nous exigerons des explications en temps voulu.

Les élu·es Ensemble, Solidaires et Écologistes

Permanence les mercredis de 14h à 17h et rencontre avec les élu.es sur rendez-vous. Bureau des élu.es de l’opposition – Rez-de-chaussée bas, aile Est de l’Hôtel de ville, entrée en contrebas de la rampe, en face du square Germaine Lardon

Avril 2024

Notre écologie est celle qui prépare l’avenir

Dans le cadre des travaux du centre-ville, nous avons dû abattre les arbres de la rue Albert De Mun. Plantés depuis 40 ans, ils avaient la taille d’arbres de 15 ans car les fosses de plantation étaient trop petites, parce que pendant 40 ans, leurs racines ont été écrasées par les roues des voitures en stationnement, parce que pendant 40 ans leurs troncs ont été tapés par des pare-chocs. Il faut donc n’être jamais allé les voir sur place pour les qualifier de « magnifiques » comme cela a pu être écrit, ni n’avoir pris les conseils de spécialistes pour imaginer pouvoir les transplanter ailleurs.

Avons-nous pris du plaisir à cet abattage ? NON. Il n’y a pas d’élu.e qui se lève le matin en se frottant les mains de plaisir à l’idée de couper des arbres. C’est avec détermination que nous avons pris cette décision. Pourquoi ?

Le centre-ville jardin est un projet de renouvellement qui permettra la plantation de plus de 300 arbres comprenant des espèces différentes, accompagnés de trames basses et arbustives et de fosses de plantation adaptées pour favoriser leur développement et permettre à la biodiversité de s’installer. C’est l’occasion d’élargir les trottoirs, d’apaiser l’espace public, de réduire la part d’enrobé et donc de désimperméabiliser les sols pour favoriser l’infiltration de l’eau. C’est la même stratégie pour les travaux Hélyce+ avec plus de 700 arbres plantés et l’équivalent de 20 terrains de foot rendus à la nature. Ceci s’inscrit parfaitement dans la politique écologique que nous menons pour transformer Saint Nazaire en ville jardin au bord de l’océan.

Dans ce moment où notre monde connait des transitions majeures (et pas seulement climatiques), où nous devons relever des défis essentiels pour la survie de l’humanité, où se joue l’avenir de la biodiversité de notre planète, notre responsabilité d’élu.es locaux.ales est d’agir pour faire de Saint-Nazaire une ville capable de résister au changement climatique majeur qui défigure déjà le sud de la France, de permettre aux générations futures de continuer à vivre ici en se sentant bien, en disposant de végétation capable de réduire les ilots de chaleur, de disposer de parcs et de jardins, de bois et d’arbres sains, vigoureux, résistant aux pollutions et aux agressions du milieu urbain. Pour y parvenir, nous devons dès à présent organiser et planifier le renouvellement de notre patrimoine arboré pour remplacer les sujets les plus fragiles ou malades afin que dans 10/15 ans les nouveaux arbres plantés jouent tout leur rôle bioclimatique et de captation de Co². C’est maintenant qu’il faut agir et non attendre que ces arbres aient encore plus dépéris car ce sera autant d’années de perdues dans un contexte d’urgence climatique. Nos ainé.es nous ont légué un patrimoine arboré remarquable qui est le parc paysager. Léguons aux générations suivantes un patrimoine aussi remarquable en assumant de planter beaucoup, bien et mieux qu’avant, en assumant les choix qui s’imposent aujourd’hui sans les reculer ou les « refiler » aux prochain.es. Bref, en coupant quand il faut et en plantant beaucoup mieux.

Schéma Directeur Energie Eau

Nous élaborons le Schéma Directeur Energie Eau (SDEE) pour les services de la ville.

Ce SDEE est un outil supplémentaire pour répondre aux enjeux de la transition énergétique. Il doit permettre « d’embarquer » toute la collectivité, c’est-à-dire l’ensemble des agent.es.

Un premier travail de diagnostic des pratiques a donc été effectué grâce à des ateliers d’agent.es volontaires. Ils ont planché sur les services les plus concernés par les consommations d’énergie et d’eau : le parc auto, le patrimoine bâti, l’éclairage public, les espaces verts…Parallèlement, des ateliers entre les services et les élu.es ont permis de partager notre vision sur ces sujets, et de donner le cap qu’il fallait prendre.

Ce SDEE doit être le reflet de notre volonté commune d’aller encore plus loin et aussi plus vite sur les questions de transition énergétique. Nous sommes mobilisé.es pour répondre d’une part aux enjeux réglementaires et d’autre part aux ambitions territoriales du Plan Climat Air Energie Territorial.

Le temps du diagnostic est maintenant terminé. Nous sommes dans le temps de la co-construction d’un plan d’action qui sera validé à la fin de l’été.

Zone Industrielle Bas Carbone : ZIBAC

En 2022, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) a lancé un appel à projet nommé ZIBaC (Zone Industrielle Bas Carbone). Il s’agit pour l’Etat d’accompagner les territoires industriels vers l’accélération de la décarbonation.

Premier port de la façade atlantique, nous assurons 10% de l’approvisionnement énergétique de la France. Notre ouverture à l’internationale, nos productions industrielles majeures, notre gisement en terme d’éolien en mer…tout nous qualifiait pour cette démarche dont nous sommes logiquement devenus lauréat.

Dès lors, un partenariat public/privé entre les collectivités locales et les industriels s’est créé pour proposer une trentaine d’actions concrètes. L’objectif est triple : atteindre la neutralité carbone sur la zone portuaire à horizon 2050, permettre la résilience industrielle face au changement climatique, favoriser les nouvelles filières de la transition énergétique. La labellisation ZIBaC permettra d’obtenir 4.1 millions d’euros pour un programme d’actions chiffrés à 8,2 millions sur 2 ans.

Plateforme autoconsommation de Coulvé

Des ombrières photovoltaïques viennent d’être installées sur le site de la plateforme logistique de Coulvé. Elle héberge notre cuisine centrale, le Parc Auto et son garage municipal. C’est un nouveau pas dans nos stratégies de transition énergétique et dans la progression de l’électricité renouvelable dans nos consommations. En effet, il s’agit ici de notre premier projet d’autoconsommation collective. Cette centrale sur ombrières va produire 140 Kilowatt Crête. Cette électricité, 100% renouvelable, sera consommée sur les sites de Coulvé, du Carrefour des Solidarités et du Siege de Saint-Nazaire Agglomération.

Ce projet permet de contribuer aux engagements du Plan Climat Air Energie Territorial mais aussi de réduire l’impact des consommations énergétiques sur le budget de fonctionnement de la collectivité.

Rencontres intergénérationnelles entre nos enfants et nos aîné.es

Pour certain.es de nos aîné.es en résidence, les contacts avec les enfants et les jeunes sont parfois rares. Familles recomposées, difficultés géographiques ou encore enfants et petits-enfants beaucoup trop occupés font que certaines personnes sentent isolé.es.

Nous souhaitons intégrer dans l’ensemble de nos politiques publiques la lutte contre ce phénomène d’isolement. Ainsi, nous proposons des rencontres entre le centre de loisirs Carnot et la Résidence Jean Macé pour que les enfants puissent passer du temps avec nos aîné.es. Ces rencontres intergénérationnelles sont un marqueur pour notre ville « amie des aîné.es ». S’ouvrir aux établissements d’hébergement pour les personnes âgées permet aux résident.es de garder le lien avec l’extérieur et de rester pleinement inclus dans la société.

Les 39 élu·es du groupe « Pour Saint-Nazaire »

Aux urnes citoyennes et citoyens !

Après les années “COVID”, l’élection présidentielle avait permis à 7 nazairien.ne.s inscrit·es sur 10 de voter alors que pour les élections législatives suivantes seulement près d’1 inscrit sur 2 s’était déplacé.

L’abstention en France est expliquée par plusieurs facteurs 

• L’âge : c’est un constat, les jeunes votent moins et lorsqu’on ne prend pas l’habitude d’aller voter, il y a de très fortes chances d’être un abstentionniste récurrent

• social : les catégories sociales les plus défavorisées sont celles qui votent le moins. Quand on se sent en sécurité emploi/finances, il est plus facile d’exprimer un vote

• politique : force est de constater que les personnalités politiques ne font pas ou plus rêver. La défiance est profonde désormais.

• Mais également Facteur matériel : Seuls les jeunes venant d’avoir 18 ans et les personnes accédant à la nationalité française sont inscrits d’office.

Dans une tribune publiée dans le Monde le 1er mars 2022, Céline Braconnier, professeure en science politique, dénonçait le problème de “mal-inscription” d’un certain nombre de français·es comme facteur décisif d’une abstention profonde…

Les élections européennes auront lieu le 9 juin prochain. Pour pouvoir participer au scrutin, il faut être inscrit sur les listes électorales et vous avez jusqu’au 1er mai sur le site https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R16396 ou jusqu’au 3 mai en mairie.

Notre groupe Ensemble Solidaires et Écologistes souhaite que des actions soient menées afin de pouvoir faciliter l’accès au vote des citoyen·nes dans tous les quartiers :

• Actions dans les écoles sur la citoyenneté et le civisme

• Tant qu’au niveau national, il faut avoir une démarche volontaire d’inscription : mettre en place des dispositifs d’aide au plus près des citoyen·nes., dans les quartiers, préparer des communications à destination des nouveaux arrivants lors d’emménagements et déménagements (SILENE, ou ouverture des compteurs d’eau…)

Le 9 juin prochain et pour toutes les élections à venir, faisons toutes et tous entendre notre voix.

Les élu·es Ensemble, Solidaires et Écologistes

 

 

Mars 2024

Logement

Extrait du courrier de David Samzun au premier Ministre

Monsieur le Premier Ministre,

J’ai écouté avec attention votre discours de politique générale devant l’Assemblée Nationale et en particulier vos propositions pour déverrouiller le secteur du logement.

Saint-Nazaire en Loire-Atlantique est la 2ème ville du Département en nombre d’habitantes et d’habitants, le 4e port de France et un bassin industrialo-portuaire dynamique et innovant, engagé dans la transition énergétique.

Reconnu pour sa capacité à mobiliser ses savoir-faire hors-normes et à rebondir à chaque fois, comme en atteste son épopée industrielle, ce territoire a amorcé sa mue et est devenu également attractif pour son caractère balnéaire.

Pour accompagner cet essor, les élus, dont je suis fier de faire partie, mènent depuis des dizaines d’années, une politique d’habitat volontariste pour proposer des logements pour toutes les Nazairiennes et tous les Nazairiens y compris à l’échelle de l’agglomération dont je suis Président, à travers un Programme Local de l’Habitat ambitieux.

Persuadé qu’une des clés pour faire face à la crise du logement réside dans la maîtrise du foncier, notre territoire, dont la géographie entre mer et Brière est compliquée, s’appuie également sur l’Etablissement public foncier de Loire-Atlantique, que je préside par ailleurs, pour décliner cette stratégie.

Convaincu que les politiques d’aménagement pensées de manière inclusive participent au Vivre ensemble, je m’attache à maintenir un haut niveau de logement dans le parc social (29,1% au 1er janvier 2022) dans tous les quartiers de la ville de Saint-Nazaire pour que la vue mer ne soit pas un privilège mais un droit.

Les compositions familiales évoluent ; la décohabitation est forte et les personnes vivant seules comme les familles monoparentales sont en constante augmentation. A cette situation sociale, s’ajoutent des procédures administratives et des réglementations qui s’imposent à nous pour préserver les terres agricoles et la qualité de notre environnement qui allongent les délais de sortie de terre des logements. Et je ne vous décris pas les contentieux et recours déposés par des organisations prônant la décroissance qui freinent davantage des projets qui répondent déjà aux nombreuses réglementations.

Aujourd’hui, quel que soit le projet immobilier, privé ou public, 6 années séparent la décision de l’entrée dans les murs des résidents.

Les nombreux recrutements en cours et les projets d’envergure qui arrivent dans le bassin d’emploi de

Saint-Nazaire (les grands donneurs d’ordre du secteur industriel annoncent plus de 6 000 recrutements d’ici 2026, sous-traitant inclus) vont nécessairement entraîner une demande encore plus forte de logement alors que la crise du logement sévit déjà et que plus de 4 500 Nazairiennes et Nazairiens attendent un logement social dans l’agglomération.

Vous avez annoncé désigner 20 territoires engagés pour le logement. Saint-Nazaire répond à tous les critères en termes de zone tendue en termes de logements et de hausse importante du coût des fonciers. […] C’est à ce titre qu’elle a déposé sa candidature auprès de la DDTM de Loire-Atlantique le 15 janvier 2024.

Robert Badinter

Informé du décès de Robert Badinter en plein Conseil Municipal, David Samzun a proposé spontanément aux élu.es de se recueillir par une minute de silence précédée de ces quelques mots : « Pour moi, il aura été un phare, un repère tant son humanité et son attachement au pays des droits et des libertés étaient grands ».

La disparition de Robert Badinter fait naître l’angoisse de perdre non seulement l’homme mais, avec lui, l’idéal qu’il incarnait puissamment. Nous sommes comptables de son héritage. Il doit nous inspirer et nous mobiliser.

Nous adressons toutes nos condoléances à ses proches et en particulier à sa femme, Élisabeth Badinter, elle aussi, une combattante pour la République.

Associations

En février, nous avons voté les subventions aux associations. Il s’agissait principalement des subventions de fonctionnement, qui donnent aux associations une visibilité sur les ressources dont elles pourront disposer pour mener leurs actions.

Tout au long de l’année, la majorité municipale témoigne son soutien au tissu associatif, par sa présence à ses côtés, par la mise à disposition de salles, de matériels, mais aussi grâce aux subventions exceptionnelles complétant parfois des subventions ordinaires.

Notre majorité rappelle l’attachement de la Ville à son tissu associatif et confirme sa volonté intacte de le soutenir. Elles sont partout dans notre vie de tous les jours. Elles ont un rôle clé dans la vie locale et sont essentielles au lien social. Face à l’inflation, les associations sont nombreuses à nous avoir confié leurs inquiétudes. Pour les accompagner, la majorité a augmenté de près de 11% le montant global des subventions depuis 2021. Ainsi, en 2024 nous avons acté un budget de 9,1 millions d’euros sans comp-

ter les éventuelles besoins qui pourraient naitre au cours de l’année. Les associations nazairiennes savent qu’elles peuvent compter sur nous tout comme nous savons que les Nazairien.nes peuvent compter sur elles.

Une chaîne de compétences au service de la pratique musicale

En montant sur la scène des Victoires de la Musique pour recevoir ses trophées, Zaho de Sagazan, ne s’est pas privée de remercier avec l’humilité qu’on lui connait celles et ceux qui ont contribué à son succès. Derrière les mots et l’émotion, on comprend la somme de travail accompli et le chemin parcouru malgré le jeune âge… L’art de Zaho est le résultat d’un cheminement très personnel qui, peut-être, a croisé les structures dédiées à la pratique musicale disponibles à Saint-Nazaire…

Ici, comme partout ailleurs, jouer, chanter, arrivent en tête des pratiques artistiques. Qu’il s’agisse d’un loisir ou d’un projet de professionnalisation, ces activités mobilisent les acteur.rices d’une chaîne de compétences diversifiées :  l’enseignement, la répétition, la scène, l’enregistrement, le management de carrière… Le plus ancien outil constitutif de la filière est le conservatoire musique et danse qui propose un large éventail d’enseignement instrumental et vocal. La scène de musiques actuelles VIP, confiée à l’association Les Escales, abrite aussi les studios de répétition et le centre d’information. Par ailleurs, la ville délègue l’accompagnement des porteurs de projets à LMP Musique ou plus récemment à OHM qui offrent aux artistes émergent. es les conditions pour la création, leurs premières expériences de scènes et l’enregistrement. Et puis, il y a l’ambition que ces moyens s’adressent au plus grand nombre, car la pratique artistique vise l’émancipation individuelle.

Tout cet écosystème est au service d’une pratique musicale et vocale foisonnante à l’instar du Concert Salade des « Irréductibles » dans lequel, notre artiste célèbre a débuté. A Saint-Nazaire jouer de la musique est à la portée de toutes et tous mais il faut le talent remarquable de Zaho pour emmener toute une ville là où « il fait toujours beau, au-dessus des nuages » !

Les 39 élu·es du groupe « Pour Saint-Nazaire »

Stop à la publicité commerciale dans l’espace public

La publicité est partout, dans l’espace privé : sur nos écrans, dans nos journaux, dans nos boites aux lettres ; et dans l’espace public : sur de grands panneaux lumineux de 4m x 3m, aux abris bus, sur des écrans numériques.

La publicité comme symbole d’un système capitaliste manipulant nos instincts primitifs et nos pensées au bénéfice du profit d’un petit nombre.

La publicité ne sert que la surconsommation, dont l’impact sur la pollution, la biodiversité et le changement climatique n’est plus à démontrer.

À Saint-Nazaire, en 2020, les écrans numériques installés par la Mairie diffusaient la publicité d’une bière : est-ce là un service public ?

Pourquoi l’espace public, là où tout un chacun peut se déplacer en liberté, est-il ouvert ainsi à la puissance marchande ? Pour quelle raison impérieuse, notre regard devrait-il être soumis sans cesse et sans notre autorisation à la publicité ?

Oui, la publicité commerciale est une agression visuelle pour la population.

Oui, la publicité commerciale est une pollution !

Nos responsables politiques actuels ne se rendent plus compte de la soumission au capitalisme marchand qu’ils imposent ainsi à la population. « Un peu de publicité n’a jamais fait de mal et cela rapporte des finances à la collectivité » nous diront-ils.

Cette vision est un déni du champ symbolique. Le sens et les valeurs sont réduits à une monétarisation.

Quel que soit le domaine, la puissance publique devrait être indépendante des puissances capitalistes : nous en sommes très loin.

La publicité commerciale a toujours été le vecteur des stéréotypes, la femme objet est encore au cœur de sa communication. Le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, il sera aussi et encore nécessaire de le rappeler.

Nous demandons l’interdiction des publicités commer- ciales sur la ville de Saint Nazaire. Un arbre, une œuvre d’art, un événement associatif à la place de chaque pan- neau publicitaire.

Les élu·es Ensemble, Solidaires et Écologistes

Permanence les mercredis de 14h à 17h et rencontre avec les élu·es sur rendez-vous. 02 40 00 42 10

Février 2024

Bourse jeunes nazairien·nes

Depuis janvier 2024, nous avons fusionné « la Bourse à l’initiative et au projet » et « la Bourse de mobilité à l’international » afin de simplifier le parcours d’engagement des jeunes dans leur projet en France ou à l’étranger. Ce nouvel outil à disposition des 15/25 ans s’appelle : « La bourse jeunes nazairien·nes ».

Des élu·es et des membres d’associations partenaires examinent chaque mois les projets selon plusieurs critères : l’utilité et l’impact social, la cohérence, la mobilisation des partenaires… Les projets doivent naturellement s’inscrire dans les valeurs républicaines et citoyennes, comme la diversité, la mixité, le respect de l’autre et la laïcité…Une fois leur projet terminé, les jeunes doivent l’exposer afin de partager et d’aider à faire naître des envies.

Saint-Nazaire : Ville Olympique

Nous entrons dans une année olympique et paralympique exceptionnelle pour la France. Cet évènement planétaire, auquel nous souhaitons prendre part, est l’occasion d’embarquer toute la population et de montrer la richesse sportive de notre territoire, ses qualités d’accueil et la disponibilité de son patrimoine sportif.

Pendant 6 mois, nous allons conduire et jalonner des temps forts pour que chacune et chacun puisse se projeter et s’emparer de cet évènement incroyable sur le champ de la performance mais aussi de la découverte. Nous nous appuierons par exemple sur les 10Kms du parc paysager, la journée internationale des droits des femmes, la grande parade du carnaval. Un temps fort à 200 jours de l’ouverture des JO a eu lieu réunissant 200 enfants pour des activités sportives et, une très belle rencontre avec une athlète paralympique, Audrey Le Morvan.

De plus, nous offrirons 360 places (180 pour les JO et 180 pour les jeux paralympiques) pour permettre à différents publics de vivre cet évènement « en vrai » à Paris et à Nantes.

Les valeurs de notre ville active et sportive croisent les valeurs de l’olympisme, à savoir l’équilibre entre la volonté et l’esprit, alliant le sport à la culture et à l’éducation. Nous nous engageons dans cette responsabilité sociale et le respect de ses principes éthiques fondamentaux et universels. Les jeux olympiques sont officiellement ouverts à Saint-Nazaire !!

Le Volley, les JO et Saint-Nazaire

En octobre dernier, le coach de l’équipe de France de Volley et un membre de la Fédération Française de Volley, sont venus visiter nos installations. Depuis, nous avons eu la joie et l’honneur de signer une convention pour l’accueil de l’équipe de France masculine dans le cadre de sa préparation aux JO, à partir du 5 juillet. L’occasion pour nous de « tirer le fil » de rencontres avec les champion·nes et de séances d’entraînements ouvertes au public et notamment pour les enfants et les jeunes.

De plus en plus de vélo !

Un récent article du journal « Le Monde » vantait la forte augmentation de la pratique du vélo en France et plus particulièrement à Saint- Nazaire. L’augmentation de 8% mentionnée, va dans le sens de la perception que nous avons de la place que prend le vélo dans notre ville.

Cette hausse est le résultat de la politique volontariste sur le sujet, avec notamment la mise en œuvre de pistes cyclables sécurisées et le déploiement à terme d’un réseau de Vélo à Haut Niveau de Service de près de 85km. C’est aussi le succès de l’offre Vélyceo qui place notre agglomération en tête du classement français en nombre de location longue durée par habitant·e (251 vélos pour

10 000 habitant·es). En 2024, cette place sera, avec 1600 nouvelles commandes pour une flotte de 5000 vélos. Saint-Nazaire récolte le fruit d’une politique ambitieuse et audacieuse, qui doit s’envisager de manière systémique. C’est pourquoi nous avons adopté une délibération cadre qui fixe nos ambitions pour les années à venir. Enfin, cette pratique vertueuse au regard notamment des enjeux écologiques s’inscrit également dans nos objectifs de lutte contre la sédentarité et de mesures de pouvoir d’achat, notamment renforcés par l’offre de tarification solidaire pour la location d’un Vélyceo.

Avenir de notre Théâtre

Notre Théâtre est un lieu labellisé « Scène nationale » dont le cahier des charges est établi par l’Etat. La ville met gracieusement le Théâtre à disposition de cette Scène nationale et assure la prise en charge de tous les fluides qui augmentent considérablement avec l’inflation. Elle assume 75% des subventions publiques de cet équipement.

Pour 2024, le gouvernement a déclaré être prêt à mettre un euro supplémentaire au service des Scènes nationales, si les collectivités font de même. Nous avons souhaité rappeler à l’Etat que la ville a augmenté son budget pour le Théâtre de 150 000 euros sur les 5 dernières années. Sur cette même période, ce dernier n’a augmenté sa participation que de 30 000 euros.

Même si nous pouvons saluer ce plan de mobilisation au service du spectacle vivant et de la création, nous regrettons que cette logique du 1 pour 1 n’ait pas été la règle depuis plusieurs années et nous considérons que l’État a une forme de dette à l’égard de la ville. Ainsi, sous des habits très flatteurs, force est de constater que ce plan d’accompagnement de l’État consiste d’une part à faire fi de l’histoire et revient d’autre part à instaurer une forme de rapport de force avec les collectivités.

Il est à craindre que faute de moyens suffisants pour solder l’histoire, l’État évoque aujourd’hui un changement possible du label de cet équipement, avec comme horizon une division quasiment par trois de son niveau de subvention.

Par ailleurs, il faut souligner les âpres discussions depuis plusieurs mois sur les questions d’évolution de la programmation. Malgré tout, la ville a bon espoir que des chemins soient possibles pour que notre Théâtre puisse mieux répondre à la diversité des attentes du public sans insulter le cahier des charges des Scènes nationales.

La situation méritait d’adresser un courrier à Madame la Ministre de la Culture. Que les collectivités locales soient depuis des années le principal financeur de la culture en France est une chose, mais qu’elles soient confrontées aux leçons de choses sur la politique culturelle et aux opérations de communication du Gouvernement en est une autre.

Loi Immigration

Intervention de David Samzun en Conseil Municipal : « Cette loi « Immigration » est une défaite pour la République. Derrière les votes au Parlement et les sondages qui soulignent un soutien massif à cette loi, c’est bien un reproche à l’espérance républicaine qui est formulé.

La République est une promesse sociale. Une promesse d’émancipation pour toutes celles et ceux qui comptent sur ses institutions, et en tout premier lieu l’école, pour dépasser les déterminismes sociaux et culturels et faire vivre pleinement la devise : Liberté Égalité, Fraternité.

La République est aussi une promesse démocratique. Une promesse née de l’histoire de France, pays des Lumières et inventeur du

régime de Laïcité, pour faire vivre en harmonie des citoyennes et des citoyens riches de leurs différences de convictions, de foi, de cultures tout en défendant un socle de valeurs pour les réunir toutes et tous. Un socle fait d’universalisme, de respect des droits, des personnes et des institutions, de lutte contre toutes les formes de discriminations.

Les manquements à ces deux promesses, le mépris des métiers et des modes de vie des classes populaires, l’abandon de certains territoires ruraux comme urbains, la difficulté de notre pays à examiner sereinement toute son histoire, y compris les pages les plus sombres de son passé colonial, le relativisme culturel et politique, l’esprit du dénigrement permanent et tant d’autres coups de canifs sont venus abimer le récit national.

D’autres s’en sont saisi et l’ont tordu à leur manière, malsaine, oublieuse de l’Histoire, nourrie de haine et de ressentiment, de mensonges sur les réalités et les forces de notre pays. Leurs succès idéologiques et électoraux reposent fondamentalement sur la crainte de l’avenir. Elles et ils entretiennent volontairement une vision désespérante du monde afin de se nourrir des angoisses humaines.

Force est de constater que le Président de la République, élu pour faire barrage, leur ouvre des brèches béantes

Face aux peurs et aux colères, les leçons de morale n’ont que peu de poids.

Je crois en revanche utile de parler de l’état du monde et des rapports de force qui conduisent sa destinée, de la grandeur des Nations, de la nécessité des frontières et de la légitimité de leur contrôle, du respect dû à l’héritage culturel et politique de notre pays.

Je crois nécessaire de dire l’importance que la France reste une terre d’accueil des opprimé·es. Il me semble tout aussi essentiel de définir et d’assumer clairement les besoins de notre économie et de rester un pays engagé dans le soutien à la coopération décentralisée.

Je suis fier de dire que, ici, à Saint-Nazaire, avec nos humbles outils de ville moyenne, nous tentons de tenir tous les bouts de la chaine. Ici, marqué·es par les désastres de la guerre et particulièrement exposés aux vents de la mondialisation, nous savons la dureté du monde et ne sommes pour autant jamais tombé·es dans les pièges sordides des extrémistes de tous bords.

Nous continuons de construire une ville accueillante et solidaire. Une ville attachée aux services publics et au maillage associatif, et notamment dans tous les champs de l’éducation, qu’elle soit à l’école, dans les clubs de sports, dans les lieux de culture. Une ville attentive au logement pour toutes et tous, aux vies de quartiers, aux droits culturels, à l’emploi, au développement économique… Bref une ville respectueuse des différences et dans laquelle chacun doit pouvoir imaginer faire sa vie.

Là est l’essentiel. Les responsables politiques ont cette fonction absolument spécifique de proposer un projet et un espace de vie en commun à tous les membres de la Cité. Avec mon équipe municipale, je continuerai de me battre contre toutes celles et ceux qui, au contraire, tentent de prospérer sur la haine et le conflit.

Les 39 élu·es du groupe « Pour Saint-Nazaire »

Retrait de la loi asile-immigration !

Notre groupe « Ensemble, Solidaires et Écologistes » a exprimé lors du dernier Conseil municipal son total désaccord avec la loi asile-immigration votée quelques jours plutôt à l’Assemblée nationale avec les voix de l’extrême droite.

Nous avons sollicité le Conseil municipal à joindre sa voix aux multiples appels demandant au Président de la République à re- noncer à cette loi raciste et xénophobe et à ne pas la promulguer.

En instaurant la préférence nationale sur les prestations sociales, les député·es macronistes et de la droite (LR) ont offert une victoire idéologique extrêmement dangereuse à l’extrême droite.

Cette loi n’améliorera en rien les conditions d’existence des Français·es les plus précaires.

Si les travailleurs et travailleuses d’origine étrangère (métiers du bâtiment, du soin, de la restauration, du ménage) cessaient leur travail un ou deux jours, c’est tout le pays qui tomberait dans le chaos.

Les Maires censés, selon la nouvelle loi, « procéder à la vérification des conditions de logement et de ressources d’un étranger qui envisage de s’établir dans la commune » doivent refuser collectivement une telle injonction.

Les Président·es des Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS) doivent exprimer collectivement leur refus de remettre en cause l’universalité des droits et des prestations sociales.

Cette loi ne répondra en rien aux causes de l’exil forcé d’hommes, de femmes, d’enfants fuyant les guerres, la misère ou le réchauf- fement climatique.

Cette loi est contraire aux politiques locales développées en faveur de l’émancipation, de l’ouverture sur le monde, des jumelages, de la solidarité internationale.

Cette loi constitue une atteinte au principe d’égalité et est totale- ment contraire à la Constitution et à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Ce mois de février sera marqué par l’entrée au Panthéon de Missak et Mélinée Manouchian arméniens, communistes, résistants afin d’honorer enfin la Résistance étrangère et ces « étrangers, non frères pourtant » morts pour la France. Ils rejoindront entre autre Joséphine Baker et Marie Curie toutes deux naturalisées françaises et beaucoup d’autres francais.es d’origine étrangère.

Preuve, à nouveau, de l’apport de l’immigration dans l’Histoire pour notre pays, pour nos libertés !

Les élu·es de notre groupe étaient présent·es à la marche nationale du 21 janvier pour la liberté, l’égalité, la fraternité à l’appel d’un large front politique, syndical, associatif, citoyen.

Nous appelons les nazairiennes et nazairiens à rester mobilisé·es et à participer massivement aux prochaines initiatives locales.

Les élu·es Ensemble, Solidaires et Écologistes

Nous vous invitons à venir au bureau des élu·es de l’opposition – Rez-de-Chaussée bas, aile Est de l’Hôtel de ville, entrée en contrebas de la rampe, en face du square Germaine Lardon. Permanence les mercredis de 14h à 17h et rencontre avec les élu·es sur rendez-vous. 02 40 00 42 10

Janvier 2024

Vœux

L’année 2023 aura à nouveau été marquée par des événements dramatiques et éprouvants. La guerre déclenchée par Vladimir Poutine contre l’Ukraine et les opérations militaires menées sur Gaza, en réponse à l’attaque du mouvement terroriste islamiste Hamas, font tous les jours de nouvelles victimes, malgré l’action des Nations Unies, pour rétablir la Paix.

L’inflation qui découle notamment de cette situation internationale nécessite des choix politiques en faveur des solidarités, afin que toutes les familles de notre ville puissent passer le mieux possible ces moments difficiles. C’est le cas par exemple pour la tarification de nos cantines, que nous parvenons à maintenir stable malgré l’augmentation importante des coûts pour la municipalité.

A Saint-Nazaire, nous pouvons compter sur un tissu associatif dense. En retour, ces associations très mobilisées, savent qu’elles peuvent et pourront compter sur les élu.es majoritaires du groupe « Pour Saint-Nazaire » pour les aider à maintenir leurs interventions indispensables sur notre territoire. Au fil de son histoire, Saint-Nazaire a su se construire un état d’esprit fraternel, solidaire et accueillant. En 2024, nous continuerons de faire vivre cet état d’esprit à travers nos politiques publiques et par l’organisation de nos grands évènements festifs, populaires et gratuits.

Toute la majorité municipale vous souhaite une bonne année 2024.

Proximité

Les politiques de Proximité doivent contribuer à l’amélioration de la prise en compte des demandes et des réponses apportées aux habitant.es et aux usager.ères de nos services. Il ne s’agit pas d’une posture mais bien d’un principe qui guide notre action et nos dispositifs. C’est pourquoi, la majorité municipale a considéré, depuis le début de ce mandat, que la mobilisation de 7 adjoint.es au Maire de quartiers et leurs interventions régulières au sein de leurs secteurs à travers le contact avec la population, l’accueil des habitant.es auprès de leurs permanences et l’écoute sur les problèmes du quotidien relevaient d’une priorité absolue. Elles et ils sont les représentant.es du Maire dans leurs quartiers et restent disponibles pour faciliter le lien, entre les habitant.es qui les sollicitent et les services de la Ville et de l’agglomération.

Par ailleurs, de nombreux outils existent qui permettent d’alerter, de saisir et/ou d’adresser des besoins d’intervention notamment sur l’espace public. En effet, qu’il s’agisse du dispositif de l’accueil téléphonique permettant de « signaler un problème sur l’espace public » ou de la possibilité de formuler des demandes sur le site de la Ville via la rubrique « mesdemarches.fr » ou l’application » Monagglofacile », nombreux sont les usager.ères qui se saisissent de ces dispositifs pour solliciter les services afin de régler une anomalie, un désordre ou un danger sur nos espaces. Nous souhaitons les remercier pour cette vigilance du quotidien et rappeler l’importance de cette participation à notre cadre de vie.

Pour autant, il faut poursuivre l’amélioration de nos dispositifs et renforcer encore davantage la façon dont la Ville prend en compte l’ensemble des demandes qui lui parviennent; il s’agit d’un enjeu important de cette politique publique, qui doit répondre à notre volonté de consolider cette évolution et affirmer cette préoccupation pour les mois et les années à venir, en restant au plus près des habitant.es et de leur environnement.  Cette attention portée par la majorité municipale et mise en œuvre par les services de nos administrations est régulièrement évoquée lors de nos rencontres avec les habitant.es et c’est bien le sens de notre action au quotidien. Les rencontres 1 mois 1 quartier, animées par Le Maire en présence de l’adjoint.e de quartier et d’autres élu.es, les réunions publiques régulièrement organisées, les présentations de projets qui rythment la vie de notre Ville et de nos quartiers sont autant d’occasions de rester en lien et à l’écoute du plus grand nombre. Il nous faudra poursuivre ce travail, l’améliorer, le renforcer car c’est bien à travers ces échanges et ces partages que nous progressons collectivement dans le respect de chacun.

Inclusion

Au-delà des strictes obligations réglementaires de la loi du 11 février 2005, les élu.es de la majorité sont particulièrement engagé.es auprès des personnes en situation de handicap. Sur l’année 2023, un grand nombre de réalisations ont vu le jour en respectant trois grandes orientations : changer le regard, construire ensemble la ville inclusive et faire la ville accessible.

Le championnat de France de natation Handisport qui s’est déroulé les 9 et 10 décembre dernier en est un très bel exemple. Tous les moyens matériels et humains ont été mis en œuvre par le club « Handi’Nat Région Nazairienne » et les agent.es de la Ville et de Saint-Nazaire Agglomération pour accueillir cet événement national. Notre accompagnement au développement de l’accessibilité pour toutes et tous passe par la mise en lumière de ce type de manifestation. Cela participe à l’évolution du regard que nous portons sur la notion de handicap et à l’acceptation de la différence.

Le 9 décembre 2022 a eu lieu la cérémonie de lancement de la nouvelle Charte Ville Handicaps qui a été co-construite avec les membres de la Commission Communale pour l’Accessibilité. 70 acteur.rices du territoire, associations ou acteur.rices économiques se sont inscrit.es dans cette mobilisation en fonction de leurs moyens et capacités. Chaque signataire s’engageant sur une, plusieurs ou les 18 actions proposées. La combinaison de toutes les actions possibles contribuera à l’évolution du changement des regards sur les handicaps et à faciliter l’inclusion dans la vie de la cité. Construire ensemble la Ville Inclusive c’est aussi agir pour une insertion professionnelle et durable. Ainsi au sein de la municipalité les agent.es BOE (bénéficiaires d’une obligation d’emploi) représentent 7,52% des effectifs et pour le CCAS 11,67%. Parallèlement, nous poursuivons l’ouverture des appels d’offres des marchés publics qui comportent systématiquement des indications relatives au secteur adapté et protégé, et plus généralement de l’économie sociale et solidaire pour favoriser leur mobilisation. Enfin, la mise en accessibilité progressive des bâtiments municipaux et des espaces publics se poursuit afin d’assurer une véritable continuité dans les déplacements.

Prime Pouvoir d’achat

Parmi les mesures de revalorisations salariales annoncées par le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, figurait le versement d’une prime exceptionnelle visant à améliorer le pouvoir d’achat des fonctionnaires et contractuel.les.

Un premier décret du 31 juillet 2023 a organisé le versement de cette prime dans la Fonction Publique d’État et dans la Fonction Publique Hospitalière. Le décret n°2023-1006 du 31 octobre 2023 est venu transposer cette mesure dans la Fonction Publique Territoriale et préciser les conditions et modalités de versement de cette prime de pouvoir d’achat exceptionnelle forfaitaire.

La Ville de Saint-Nazaire et Saint-Nazaire Agglomération, conscientes des enjeux de pouvoir d’achat pour les agent.es ont fait le choix de verser cette prime selon les modalités définies dans la Fonction Publique d’État et a fait le choix d’appliquer les montants maximums (de 300 à 800 euros en fonction de la rémunération brute des agent.es).

Cette mesure représente pour la ville un coût de 700 000 € et pour l’agglomération un coût de 250 000 €.

Une maison de l’entreprise : simplifier, épauler, anticiper

Ces trois mots résument bien l’ambition de la Maison de l’entreprise, qui vient d’ouvrir ses portes à l’entrée de ville, sur l’ancien ilot Willy Brandt, à deux pas de la gare. Simplifier, car la vie d’un.e créateur.rice d’entreprise n’est pas de tout repos et que rien n’est pire que de gâcher une belle idée. L’idée est simple, en rassemblant toutes les structures dédiées aux entrepreneur.euses en un seul site, on en facilite l’accès et chacun travaille ensemble.

Épauler, c’est le sens de ce « guichet unique », qui renseigne et soutien les créateur.rices d’entreprises. Les services présents sont très nombreux : Chambre de Commerce et d’Industrie, Chambre des Métiers et de l’Artisanat, services d’appui aux entreprises de la Région, Ouvre-Boîte, APEC… On ne peut tous les citer. C’est une boîte à outils exceptionnelle, qui va monter en puissance.

Anticiper, car cette Maison de l’entreprise s’inscrit dans les défis que notre bassin d’emploi doit relever : accompagner la décarbonation de l’industrie, la mettre au service de la transition écologique, faire émerger des entreprises nativement décarbonées. Ce mouvement doit nous permettre de gagner en résilience, tout en continuant notre diversification.

Saint-Nazaire Agglomération est à l’origine, avec ses partenaires, de ce projet novateur. Une première en Pays de la Loire !

Une mini-forêt urbaine

Dans le cadre du projet urbain «Saint-Nazaire, ma ville jardin au bord de l’océan», enseignant.es, parents d’élèves, agent.es de la ville et plus de 700 élèves de CP des écoles nazairiennes, se sont donnés rendez-vous, sous la pluie, pour planter ensemble la toute première micro-forêt, avec près de 1000 arbres. Un projet qui s’articule autour de 3 grands objectifs qui sont de sensibiliser dès le plus jeune âge aux questions environnementales, d’insérer de nombreux arbres en bordure de quartier en préservant le caractère naturel de ces espaces et d’automatiser la plantation de micro-forêt en ville en renouvelant ce projet chaque année.

Pour les enfants, un souvenir inoubliable qu’ils pourront partager avec leur famille, une fierté d’avoir participé activement à la création de cette micro-forêt qu’ils verront grandir et évoluer tout au long des années à venir. Et pour les agent.es de la collectivité, un moment très particulier et fort avec les enfants, d’échanges et de sensibilisation à leur métier.

Les 39 élu.es du groupe « Pour Saint-Nazaire »

Quand la municipalité privatise nos communs…

La privatisation des communs semble être une constance pour la majorité municipale.  Au nom de l’attractivité, des lieux patrimoniaux de notre ville en font les frais. Cette unique ligne directrice qui anime l’équipe en place pose de vraies interrogations.

Ainsi, des projets de restaurants plutôt de haut de gammes sont portés aux quatre coins de notre commune. Ici au Petit Maroc, à Gavy… ou à Méan-Penhoët, cette volonté nous est présentée comme s’il allait de soi qu’une demande forte des habitant·es de Saint-Nazaire était frustrée par un déficit d’offre en matière de restauration. Nous n’en sommes pour notre part absolument pas convaincu·es.

Au lieu de faire un appel à projet, les belles halles de Méan-Penhoët devraient retrouver leur vocation initiale : celle d’un marché de quartier digne de ce nom proposant des conditions d’accueil qualitatives pour tous. Ce lieu doit redevenir un commun et un poumon actif de la vie du quartier de Méan Penhoët. Nous nous interrogeons et nous doutons que l’installation d’un restaurant dans ce lieu puisse avoir les mêmes résultats quant au bien vivre ensemble.

À Gavy ou au Petit Maroc, des associations font des recours à des projets contestés qui sont en total décalage avec un devenir partagé, et donc accepté, avec les habitant·es. Dans les deux cas, ce qui faisait commun est sacrifié à une ambition de compétitivité territoriale. Ne pas avoir associé en amont les nazairien·nes aux projets d’aménagement de ces quartiers est une faute originelle de cette majorité.

Les habitant·es du petit Maroc sont attachés à leur quartier qui fait partie de leur identité. Ils et elles en connaissent les charmes mais aussi ses contraintes. Par exemple, ils sont tout comme nous très inquiets des conditions de mobilité envisagées alors qu’il ne se passe souvent pas un mois sans que les ponts soient en défaillance.

Gavy était devenu par les volontés successives de François Blancho, d’Étienne Caux et de Joël Batteux, un commun entièrement dévoué à l’enseignement supérieur.

M. Samzun et sa majorité municipale veulent effacer cette part de notre histoire et proposent ce lieu à l’appétit des promoteurs. Plusieurs associations pointent des enjeux environnementaux non suffisamment pris en compte. Le projet retenu peut paraître séduisant d’un point de vue architectural par exemple, mais en quoi va-t-il répondre aux besoins des nazairien·nes ? Il ne répond qu’à cette politique d’attractivité.

Les différents projets de la majorité n’ont que rarement à voir avec le bien vivre ensemble, pourtant si nécessaire et attendu dans l’ensemble de nos quartiers.

Nous n’avons pas la prétention d’avoir réponse à tout, mais nous sommes convaincus qu’une autre politique pour Saint-Nazaire est possible.

Les élu·es Ensemble, Solidaires et Écologistes

Nous vous invitons à venir au bureau des élu·es de l’opposition – Rez-de-Chaussée bas, aile Est de l’Hôtel de ville, entrée en contrebas de la rampe, en face du square Germaine Lardon. Permanence les mercredis de 14h à 17h et rencontre avec les élu·es sur rendez-vous. 02 40 00 42 10

Les élu·es du groupe Ensemble, Solidaires et Écologistes

Les archives

Revenir en haut de page