Projet stratégique. Les dernières actus

- Sports, Tourisme

Une plaine des sports ouverte à tous

Les travaux d'aménagement de la Plaine des sports commencent cette année. - Agrandir l'image, .JPG 151Ko (fenêtre modale)
Les travaux d'aménagement de la Plaine des sports commencent cette année.

Avec ses gymnases, ses terrains de sport et son futur centre aquatique, la Plaine des sports représente un site majeur à Saint-Nazaire. Pour accompagner ses évolutions et l'ouvrir à tous, la Ville a défini une stratégie d'aménagement dotée de 7 millions d'euros.

Le programme d'aménagement de la plaine des sports a commencé en 2016 et se poursuivra au moins jusqu'en 2022. Dans un premier temps, les principaux travaux se concentrent sur le secteur appelé "antenne du parc". Ce trait d'union entre le parc paysager à l'Est et la Cité scolaire à l'Ouest devient une promenade arborée. Partant du parvis de la plaine, entre la Soucoupe et le nouveau centre aquatique, il conduit notamment au parvis des Lycéens face à la Cité scolaire, à côté de l'actuelle piscine Léo Lagrange. Celle-ci sera démolie en 2018 après l'ouverture de l'Aquaparc et transformée en un terrain multisport, un "playground" où chacun pourra pratiquer le football, le basket et l'athlétisme. Sur le parvis de la plaine, les anciens locaux SNAF et SNOS seront reconvertis en restaurant ou cafétaria. Les nouveaux locaux dédiés aux associations SNOS Pétanque, SNAF et ACPM, seront livrés dès 2017. 

On compte aussi cette année des rénovations importantes, telle que celle du toit de la Soucoupe, fermée au public fin février. Concernant le tennis, les courts A,B,C et D seront rénovés et les anciens vestiaires de football et d'athlétisme adaptés. La piste d'athlétisme fera l'objet d'une rénovation en 2020 et des programmes immobiliers seront développés sur les sites de la Maison des sports et de Jean-Bouin.

Des espaces de pratique libre évolutifs

Plan de la Plaine des sports : l'antenne du Parc

L'antenne du Parc. Cette carte non contractuelle donne une idée des aménagements possibles. 

La Ville s'appuie sur un plan guide dans lequel prévaut l'ouverture à tous et notamment à la pratique libre. "Ce qui me semble important c'est que nous avons fait le choix dans ce projet d'ouvrir la plaine des sports, de la rendre accessible à tous les habitants", estime le conseiller municipal Kada Mahour. Si ce plan guide, construit avec l'agence BASE, accompagnée d'Arcadis et de Sport Initiatives, est évolutif, il prévoit d'ores et déjà d'améliorer la qualité paysagère des lieux et d'assurer une continuité avec le parc paysager. Il propose d'aménager des espaces avec du mobilier et des équipements de plein air pour la pratique libre de tous les publics. 

La promenade arborée et équipée sur la zone dite "antenne du parc" n'est qu'une première étape. Un autre espace - le long de la Soucoupe, des terrains de foot, de la piste d'athlétisme et du collège Anita Conti - pourrait lui aussi être aménagé en "street parc", mais pas avant plusieurs années. Les hypothèse d'aménagement sont sur la table mais rien n'est encore décidé ni budgété.  "Nous avons eu de nombreuses demandes de la part des habitants pour développer la pratique libre à l'image de ce que nous avons commencé à faire avec le skate park, explique l'adjointe aux sports Gaëlle Bénizé-Thual. Sur la plaine des sports on poursuit dans cette logique avec des espaces évolutifs pour coller aux nouveaux usages qui pourraient apparaître." 

«Ville plaisir, ville loisirs»

La Plaine des sports attire chaque année plus de 200.000 utilisateurs. Il s'agit de mieux répondre aux besoins de chacun, les scolaires, les associations ou les promeneurs, spectateurs. Inscrits au projet stratégique, ces nombreux aménagements coûteront au total 7 millions d'euros. "L'enjeu, c'est aussi d'investir sur une pépite de Saint-Nazaire, insiste la première adjointe Laurianne Deniaud, continuer à écrire l'histoire d'une ville plaisir, d'une ville loisirs." Parallèlement à cette nouvelle plaine des sports, la Ville étudie les évolutions du parc paysager. "Il n'y aura aucun projet de logement dans le périmètre de ce poumon vert exceptionnel", annonce le maire David Samzun. 

 

Bugdet

  •  7 millions d'euros hors projets immobiliers et Centre Aquatique Aquaparc.