Appel à solutions. Vélo, compost et baObab

Avec les 3 000 € reçus de la CARENE en tant que lauréate de l’appel à solutions 2022, la Tricyclerie de Saint-Nazaire a pu investir dans ce vélo-remorque. Morgane Jaunay et la stagiaire Karine Ragot (au premier plan) partent pour l’école Léon-Blum. (©Ville de Saint-Nazaire – Martin Launay)

[VIDEO] Dévoilés le 18 octobre, des lauréats de l’appel à solutions 2022 de l’agglomération, travaillent ensemble pour la transition écologique. La Tricyclerie de Saint-Nazaire est accompagnée par l’association baObab pour développer un modèle économique pérenne de collecte de biodéchets à vélo.

 

À l’école Léon-Blum ce midi, le vélo cargo de la Tricyclerie de Saint-Nazaire attire les enfants. Au-delà du véhicule tout neuf, acquis avec l’accompagnement de la CARENE, les écoliers s’intéressent à ce qu’il transporte : des seaux pour les bio-déchets, c’est-à-dire pour les restes des assiettes de la cantine.

 

De l'assiette au champ…

« Nous récoltons vos déchets alimentaires deux fois par semaine », explique Morgane Jaunay, présidente de la Tricyclerie lors de cette séance de sensibilisation au gaspillage et au tri. « Savez-vous ce qu’on en fait ? »

Plusieurs répondent que les biodéchets deviendront du compost. L’étape de compostage sera assurée par OLYgéo, entreprise membre du réseau Compost in situ, qui valorisera l’engrais naturel auprès des agriculteurs locaux. « Il ne faut pas mettre de plastique dans les déchets alimentaires », ajoute Morgane Jaunay qui détaille quelques exemples.

La collecte concerne dix groupes scolaires de la ville et devraits’étendre aux dix autres. « Je déjeune tous les midis dans les restaurants scolaires et observe ce qui plaît ou non, explique la diététicienne Nathalie Chevrinais. Les pesées des déchets alimentaires sont des indicateurs complémentaires. Nous avons par exemple modifié un tajine en allégeant les fruits secs au profit des pois chiches. »

Un écosystème coopératif avec baObab

La Tricyclerie fonctionne avec un salarié et des bénévoles. Elle est accompagnée par l’association baObab pour améliorer son modèle économique et proposer des emplois durables, tout en œuvrant toujours pour la réduction des déchets et la mobilité douce.

« On a réussi à mettre autour de la table les acteurs qui peuvent avoir un intérêt pour cette activité comme l’Ademe ou les collectivités territoriales, relate le coréférent de baObab, Laurent Friess. C’est la création d’un écosystème pour pérenniser la Tricyclerie. »

Emmanuel Nicoleau, délégué général de baObab, résume la méthode : « On impulse une dynamique de coopération entre les acteurs du territoire pour des activités qui créent de l’emploi et répondent à des besoins de résilience et de sobriété. » L’objectif de baObab est que le milieu économique s’empare des orientations du plan climat air-énergie territorial* pour répondre aux enjeux écologiques et sociaux.

* Le PCAET, adopté fin 2019 par la CARENE, fixe des objectifs pour concilier développement et adaptation au changement climatique.

L’association baObab a été créée en 2021 par Emmanuel Nicoleau (à gauche) avec des bénévoles comme Laurent Friess (au milieu) pour développer des activités économiques qui participent à la transition écologique. Comme la Tricyclerie, représentée par Morgane Jaunay (à droite sur la photo), qu’elle reçoit pour une séance de travail, elle est lauréate de l’appel à solutions 2022 de la CARENE. (©Ville de Saint-Nazaire - Martin Launay) Laurent Friess et Emmanuel Nicoleau, fondateurs de baObab à Saint-Nazaire. (©Ville de Saint-Nazaire - Martin Launay)

Revenir en haut de page