Aristide et Freddy (sur la photo, avec leur maman) ainsi que le frère ainé Orlando imaginent et mettent en scène des chorégraphies, filmées par leur plus jeune frère, Fernando.

Dans la famille des Ghetto twins, le talent se conjugue au pluriel. Freddy, Aristide, Orlando et Fernando animent les paysages nazairiens avec leurs chorégraphies pleines d’énergie sous l’œil bienveillant d’Agnès, heureuse maman de cette fratrie d’artistes.

 

« La danse, c’est un truc de famille » lance Freddy. « Au Rwanda, on dansait à la maison. On faisait des concours entre frères et sœurs, et c’est toujours le plus jeune qui gagnait. Alors, on s’est mis à inventer des chorégraphies pour remporter la compétition » raconte-t-il avec humour. Sur des airs de Chris Brown ou de Mickaël Jackson, les garçons se mettent alors à créer de plus en plus de chorégraphies. « C’est devenu un loisir, puis une véritable passion. » ajoute Aristide.

Animer le paysage

Les Ghettos twins posent leurs valises à Saint-Nazaire en 2016. Ils découvrent une ville agréable mais la trouvent un peu calme. « On a eu envie d’animer les rues de Saint-Nazaire en dansant dans des lieux emblématiques » relatent-t-ils. Postées sur les réseaux sociaux, leurs vidéos deviennent virales, pour atteindre des dizaines de milliers de vues.

 

Les jeunes danseurs sont désormais ambassadeurs de la cité portuaire dans le monde entier. « On aime notre ville, Saint-Nazaire représente un endroit où on se sent libres. C’est ici qu’on a commencé à se faire connaître. L’accueil chaleureux des Nazairien.nes nous a donné envie de continuer. » déclarent Freddy et Aristide.

Les Ghettos twins ont été repérés par des artistes outre-atlantique, mais également par des grandes marques de prêt-à-porter. Ils sont devenus les égéries de Pull and Bear et Puma. « Cet été, le réseau social Instagram nous a contactés pour promouvoir leur nouvel outil vidéo Reels » indique Freddy. « Et nous venons de signer un contrat avec The Claw Models, une agence de mannequins qui souhaite étendre son activité à l’univers artistique. » ajoute Aristide.

Réaliser un rêve familial

Les Ghettos twins sont issus d’une famille d’artistes. « Mes enfants sont les descendants d’artistes qui n’ont jamais eu la chance d’exprimer leur talent » confie Agnès, mère des jeunes garçons. « Je suis fière de leur réussite et j’ai à cœur de les soutenir et les accompagner dans leurs projets. »

Les garçons mènent de front leurs études et leur passion. Des projets plein la tête, ils aimeraient apprendre le chant, la musique, la composition pour devenir des artistes accomplis.  « Le métier d’artiste est difficile. En tant que maman, je suis là pour les encourager mais aussi pour les protéger et leur transmettre les valeurs de notre famille : rester simple, et ne pas oublier qui ils sont et d’où ils viennent. » souligne Agnès.

Retrouvez les Ghetto twins sur instagram et sur YouTube

Revenir en haut de page