Transports. Un réseau de 3 lignes hélYce en 2025

Un nouveau tronçon de la ligne hélYce a été mis en service début mars sur la boulevard de l’Atlantique à Trignac. © Bruno Bouvry Imagine air.

Lancée en 2012, la ligne hélYce de bus à haut niveau de service a connu une hausse de près de 75% de sa fréquentation en 7 ans. Aujourd’hui, elle est fréquentée quotidiennement par près de 18 000 personnes. La CARENE a décidé de poursuivre le développement de ces bus à haut niveau de service qui emprunte un maximum de voies dédiées. D’ici 2025 le réseau hélYce comptera 3 lignes.

 

Les 3 lignes du réseau

La ligne 1 existante entre Montoir et Gavy.

La ligne 2 qui reprend le tracé vers Trignac et se verra prolongée jusqu’au bourg de Saint-Marc avec un tronçon en site propre de 3km sur l’avenue de la côte d’amour.

La ligne 3, entièrement nouvelle, reliera Kerlédé au Petit-Maroc en passant par la gare de Saint-Nazaire.

Ces propositions de tracés feront l’objet d’une concertation avec les habitant∙es du territoire de la CARENE. Cette concertation se déroulera au cours de l’année 2021. 

20 nouveaux autobus 

Afin d’assurer les nouvelles dessertes, la CARENE va devoir acquérir une vingtaine d’autobus supplémentaires. Afin de réduire les émissions de polluants, et de gaz à effet de serre, il s’agira d’autobus propres. Une étude est engagée pour définir la motorisation la plus adaptée.

Elle réalisera également des aménagements des espaces publics qui feront la part belle au végétal et intégrant des aménagements dédiés aux vélos (pistes cyclables, points accroche-vélos…). 

Planning 

  • 2021 : phase de concertation avec les habitant∙es
  • 2022 : études techniques
  • 2e semestre 2023 : début des travaux
  • Fin 2025 : mise en service des nouvelles lignes 

Budget

Le coût du projet est estimé à ce stade à environ 50 millions d’euros HT :

  • dont 50% pour les aménagements, dont environ la moitié pour la requalification de l’avenue de la Côte d’Amour entre Océanis et Pertuischaud 
  • 28% pour le matériel roulant (20 autobus supplémentaires)
  • 13 % pour le centre d’exploitation
  • 9% pour les études et dépenses de maîtrise d’ouvrage

 

Revenir en haut de page