- Tourisme

Kiosques du front de mer. Nouvelle dynamique pour la saison estivale

Le kiosque La Pêch'rie devient La Bronzette avec trois nouveaux gérants. (©Ville de Saint-Nazaire - Christian Robert) - Agrandir l'image, .JPG 175Ko (fenêtre modale)
Le kiosque La Pêch'rie devient La Bronzette avec trois nouveaux gérants. (©Ville de Saint-Nazaire - Christian Robert)

En mai et juin, les kiosques du front de mer de Saint-Nazaire ouvrent leurs terrasses avec de nouveaux projets. La Bara-K poursuit sur sa lancée.

La Ville a renouvelé la concession des quatre kiosques situés sur son littoral, des attributions de six ans pour ceux de la promenade Joël Batteux et une attribution de huit ans pour celui de la plage de Villès-Martin.

Le kiosque la Bara-K rouvre avec le même nom et la même équipe constituée d’Emmanuelle Condessa et d’Habib Abouladl.
 

A noter

La société Mômes et Malices qui avait été sélectionnée pour le kiosque du skate-park a finalement abandonné son projet. La Ville de Saint-Nazaire a reçu une nouvelle offre spontanée. Si d'autres candidats souhaitent faire une proposition, ils ont jusqu'au 23 mai pour se manifester. Voir les détails ci-dessous.

La Bara-K

Au bout de seize ans d’exploitation du kiosque au 49 boulevard Albert-1er, Emmanuelle Condessa et Habib Abouladl n’ont pas hésité à demander leur renouvellement. "C’est un nouveau chapitre, confie Habib, une marque de confiance dans une formule qui a prouvé sa compétence, ça fait chaud au coeur."

La Bara-K a vu et accompagné l’aménagement du front de mer. "J’aime ce quartier, dit Emmanuelle. Ensemble avec les autres kiosques, on va proposer une belle offre de services sur la promenade."

Dès ce mois de mai et la fin des travaux d’extension du kiosque, la Bara-K sera ouverte sept jours sur sept de 9 h à 23 h environ. L’essentiel de la formule est repris : une petite restauration avec galettes, crêpes, salades composées et salades tartines.

"Les galettes sont bio, locales et faites de manière traditionnelle, explique Emmanuelle. Je fais reposer la pâte vingt-quatre heures pour qu’elle soit à point. Nous reprendrons aussi les apéro-galettes à 6,5 €, une galette à deux ingrédients roulée pour l’apéritif."

Avec le gain de place de l’extension, Emmanuelle se sent plus à l’aise et prévoit d’intégrer de nouveaux produits comme l’avocat, "simple, mais frais et goûteux".

Côté animation, de juin à août, DJ Feeling Good assurera l’ambiance les jeudis. Des groupes de musique du monde ou de rock français interviendront les samedis. De quoi accueillir près d’un millier de personnes par jour au plus fort de la saison estivale.

La Bronzette

En ce mois de mai, les trois associés de La Bronzette ouvrent le kiosque au 65 bis boulevard Albert-1er, anciennement La Pêch’rie, tous les jours de 9 h à 23 h environ. "On est hyper motivés, à fond dans ce projet", se réjouit Olivier Troianelli aux côtés de Nelly Troianelli et de Didier Audrin. "Avec ma femme, on a fait un choix, celui d’arrêter l’Indian Rock Café, et les planètes se sont alignées."

Après avoir fait vivre les nuits nazairiennes pendant trente ans, le couple est heureux d’investir un kiosque du front de mer avec un professionnel de la restauration, Didier Audrin. "C’est un beau lieu de travail où je pourrai porter bermuda et chemise hawaïenne", sourit Olivier qui compare la promenade à Venice Beach à Los Angeles. "Si le temps le permet, on ouvrira jusqu’en octobre et on envisage quelques propositions autour des fêtes de Noël."

Salades, tartines, croque-monsieur, hot-dogs, crêpes et coupes glacées constituent la carte de La Bronzette qui évolue selon les demandes de la clientèle. "C’est du fait maison avec un maximum de produits en circuits courts."

Musique lounge, apéro-concerts et jam sessions avec différents musiciens contribueront "à créer une dynamique avec les autres kiosques".

Le Papillon

Le Papillon est le restaurant de plage qui prend la suite du Petit Baigneur à Villès-Martin. Pour ses nouveaux exploitants Mélissa Alves Condessa et Igor Mankoka, c’est "un grand moment de joie" : "Nous avons travaillé intensément à ce projet, sur mon temps libre, en plus de l’activité professionnelle que je viens de quitter", témoigne Mélissa.

Dans la restauration depuis qu’elle a 17 ans, la jeune femme, qui a travaillé à Paris, à Londres et en Australie, se réjouit de cette nouvelle aventure dans sa ville avec son compagnon. "J’ai beaucoup exercé dans la conciergerie de luxe, explique Igor. Sur le front de mer de Saint-Nazaire, j’ai envie de développer le relationnel et j’aurai la capacité de travailler sous pression." Avec leurs compétences en anglais et en espagnol pour Igor, les gérants veulent assurer un accueil d’excellence aux Nazairiens et aux touristes.

L’ouverture du Papillon est prévue au mois de juin. "On a tout à faire, explique Mélissa, l’aménagement du local et toute la préparation pour une belle ouverture."

Du petitdéjeuner à l’apéritif du soir, Mélissa et Igor construisent une carte abordable. Ils envisagent des viennoiseries et du porridge en clin d’oeil à leur expérience outre-Manche, ainsi qu’une restauration maritime avec des huîtres dès 11h, puis trois salades, trois plats et trois desserts. Friands de moules, de viande ou végétariens, chacun pourra savourer ce qui lui plaît dans une ambiance familiale.

"Nous jouerons aussi sur les souvenirs d’enfance avec des glaces classiques, des beignets et des limonades l’après-midi", indique Mélissa. Et pour une réelle déconnexion à la plage et des moments partagés entre enfants et adultes, une programmation artistique se prépare pour l’été et des livres seront mis à disposition.