La sous-station électrique prête à rejoindre Fécamp

La sous-station électrique destinée au parc éolien de Fécamp attend son départ dans le port de Saint-Nazaire. (©Ville de Saint-Nazaire – Blandine Bouillon)

La sous-station électrique construite aux Chantiers de l’Atlantique pour le parc éolien en mer de Fécamp, en Normandie, quittera Saint-Nazaire au mois de juillet. La cérémonie de départ avait lieu vendredi 24 juin.

 

Il aura fallu plus de 500 000 heures de travail sur le site des Chantiers de l’Atlantique pour construire cet énorme transformateur, la sous-station électrique du parc éolien en mer de Fécamp, ainsi que la contribution de 250 entreprises françaises. Quasi identique à celle du parc éolien au large de Saint-Nazaire, cette cinquième sous-station livrée par les Chantiers a pour fonction de recueillir l’électricité produite par les éoliennes offshore et de la transformer en haute tension. Elle sera prochainement installée en mer sur un jacket en attente à Cherbourg pour être testée en 2023.

Le parc comprend 71 éoliennes d’une capacité totale d’environ 500 MW. Il permettra de couvrir l’équivalent de la consommation domestique en électricité de plus de 770 000 personnes, soit 60% des habitants de la Seine-Maritime.

 

« Ce départ est une étape importante qu’on aime célébrer, expliquait Frédéric Grizaud, directeur d’Atlantique Offshore Energy. Exigence et confiance ont permis d’avancer avec sérénité. Le marché évolue avec de nombreuses offres en cours. Pour atteindre les objectifs de l’Etat de 18 GW et 20 000 emplois dans la filière en 2035, il va falloir un doublement de la vitesse. La filière éolienne est promise à un bel avenir. Nous serons fiers d’avoir été précurseurs. »

En 2021, la filière éolienne employait 6700 personnes. D’ici mars 2023, les Chantiers de l’Atlantique livreront la sous-station du parc de Courseulles-sur-Mer, puis celle du parc Gode Wind 3 en mer du Nord. Ils réaliseront aussi la sous-station de Baltic II en Pologne.

Comme Frédéric Grizaud, le directeur Energies Marines Renouvelables France d’EDF Renouvelables Cédric Le Bousse a salué le travail collectif qui a été mené par les équipes : « Vous êtes le témoignage que des solutions concrètes existent sur notre territoire pour répondre à ces défis hors-norme et réussir cette transition énergétique. »

Des campagnes de recrutement sont en cours aux Chantiers de l’Atlantique pour pourvoir 400 postes en CDI cette année.

Cérémonie de départ de la sous-station électrique avec Cédric Le Bousse d'EDF Renouvelables, Camille Senn, marraine de la sous-station et cheffe de projet pour EDF Renouvelables, Bertrand Allanic, directeur du parc éolien de Fécamp, Frédéric Grizaud, directeur Energies marines aux Chantiers de l'Atlantique et Xavier Regnault, chef de projet de la sous-station électrique. (©Ville de Saint-Nazaire - Blandine Bouillon) Dans la sous-station qui s'élève sur trois niveaux, Frédéric Grizaud montre la salle "GIS 33000 V", ce qui signifie "appareillage à gaz isolé" : "C'est un interrupteur qui connecte le champ éolien au réseau électrique terrestre. Tout est encapsulé dans un gaz isolé, d'où la taille importante." (©Ville de Saint-Nazaire - Blandine Bouillon)

La sous-station en chiffres

  • Puissance : 480 MW
  • Poids de la sous-station : 2 100 T
  • Poids du jacket : 1 600 T
  • Câbles : 100 km à l’intérieur de la sous-station

Revenir en haut de page