Une filière locale pour les brasseries

Depuis 2022, de l’orge plantée et récoltée en agriculture biologique à Saint-Nazaire est maltée à Saint-Avé (Morbihan) pour la fabrication de la bière locale avec la marque de Brière Valeurs parc naturel régional. (©Ville de Saint-Nazaire – Christian Robert)

[VIDEO] Les brasseries du territoire privilégient aujourd’hui les matières premières locales. Une filière se met en place collectivement avec la marque de la Brière, Valeurs parc naturel régional.

 

À cinq kilomètres du centre-ville de Saint-Nazaire, de l’orge pousse sur les terres de la Ferme du Pré des Champs. À perte de vue ? Non, car les parcelles sont séparées par des haies bocagères, réservoirs de biodiversité qui enrichissent les sols, mais aussi parce que cette planta- tion bio est toute récente.

L’agriculteur Alain Geffroy(1) et le brasseur de la Veracruz, Geovanni Olivares, en sont à l’origine : « Alain s’intéressait à la valorisation du terroir et moi à la valorisation du paysage brassicole, explique Geovanni Olivares. Cette démarche est soutenue par le parc de Brière avec la marque Valeurs parc naturel régional. »

(1) Alain Geffroy fait partie de l’équipe municipale nazairienne, il est adjoint du quartier de Saint-Marc.

 

De la terre à bière sur le territoire nazairien

Une filière et une marque de territoire

Le 1er octobre, la marque a officiellement été attribuée à cinq brasseurs locaux qui s’engagent à travailler des matières premières du territoire. Le parc naturel régional de Brière leur dédie une exposition dans le village de Kerhinet au printemps 2024.

« On est hyper fiers de communiquer l’origine de nos produits, se réjouit le brasseur Ludovic Bouyer. On connaît les producteurs de houblon et d’orge. À plusieurs, c’est plus facile de créer une telle filière. On est un réseau d’entraide avant d’être des concurrents. »

Maltage à côté de Vannes

Une fois moissonnée au mois de juil- let et séchée jusqu’au début de l’an- née suivante, l’orge est envoyée aux portes du Morbihan dans la malterie Yec’Hed Malt à Saint-Avé, dont Hervé Lamoureux a lancé la production en 2018. « On est dans une filière qui s’appelle De la terre à la bière, association de producteurs, collecteurs et brasseurs bio et locaux. Tous les ans, on définit les volumes néces- saires et les prix à l’avance, chacun sait où il va. »

Plusieurs étapes attendent les grains, du bullage dans un bain d’eau pour les nettoyer à leur germination entre 16 et 18°C pendant cinq jours. Six tonnes d’orge aboutissent à 4,8 tonnes de malt ensaché par 25 kg, de quoi délivrer de savoureux arômes.

« On encourage les plantations d’orge et de houblon localement, in- siste Geovanni Olivares. On aimerait voir de nouvelles exploitations. Le milieu artisanal et agricole est très fragile. Il faut profiter de l’optimisme que suscite la bière artisanale pour avancer ensemble dans la bonne direction à la fois pour la santé, l’en- vironnement et l’économie. »

Les cinq brasseries Valeurs parc naturel régional

  • Brasserie Veracruz (Saint-Nazaire)
  • Brasserie Bouyer (Saint-Nazaire)
  • La Nazairienne (Saint-Nazaire)
  • Les Brassins nazairiens (Donges)
  • Brasserie Vestibule (Mesquer)

Revenir en haut de page