- Eau

Eau potable en chantier !

Qui dit secteur de Loire-Atlantique le plus peuplé (190 000 habitants) dit besoins majeurs en eau potable. De grands travaux de sécurisation de l’alimentation en eau potable initiés en 2014 sur le réseau nord-ouest du département pour pallier un risque de situation déficitaire en jour de pointe sont aujourd’hui dans leur dernière ligne droite.

Qui dit secteur de Loire-Atlantique le plus peuplé (190 000 habitants) dit besoins majeurs en eau potable. De grands travaux de sécurisation de l’alimentation en eau potable initiés en 2014 sur le réseau nord-ouest du département pour pallier un risque de situation déficitaire en jour de pointe sont aujourd’hui dans leur dernière ligne droite.

Reportage vidéo

Assurer et sécuriser l’approvisionnement du territoire en eau potable pour les décennies à venir : tel est l’enjeu de ces travaux entrepris pour renforcer et sécuriser la capacité des canalisations, mais aussi le stockage et le pompage en eau entre Vigneux-de-Bretagne et La Baule. Un bon point pour le bassin Saint-Nazaire/La Baule qui, à l’horizon 2020/2025, estime entre 26 et 29 millions de m3 ses besoins annuels, soumis qui plus est à d’impressionnants pics de consommation en période estivale.

La CARENE maître d'ouvrage

«À l’issue des travaux, non seulement nous aurons renouvelé des canalisations anciennes pour sécuriser l’approvisionnement en eau potable sur le territoire de la CARENE, mais nous aurons enfin établi une  connexion entre le territoire de Cap Atlantique et le réseau d’eau potable de Nantes Métropole», explique François Chéneau, vice-président de la CARENE chargé des services publics.

Une nouvelle canalisation relie déjà depuis quelques mois le réservoir de Vigneux-de-Bretagne à Trignac. A présent, une nouvelle liaison va être créée entre Trignac et Le Truchat (en limite de La Baule), qui alimentera en eau potable les agglomérations de la CARENE et de Cap Atlantique. Soit au total 57 kilomètres de canalisations. L’usine élévatoire de Sainte-Anne à Vigneux-de-Bretagne, elle aussi concernée, voit ses capacités de stockage et de pompage renforcées. La CARENE travaille en partenariat avec Nantes Métropole et Cap Atlantique sur ce projet d’envergure.

11 kilomètres de canalisations

L’année 2017 verra donc l’aboutissement de ces travaux majeurs. La dernière tranche lancée n mars s’achèvera en novembre prochain. Au programme : la construction de 11 kilomètres de nouvelles canalisations entre Trignac et La Baule, ainsi qu’un poste de surpression de 440 m3/h au Truchat, pour alimenter le réservoir de l’Étoile du Matin. Forage, décapage, terrassement, remblaiement... Ces opérations spectaculaires auront évidemment des répercussions sur la circulation, que la CARENE s’efforcera de réduire au minimum, en distance et en durée. Jusqu’à mi-mai la circulation sur la rue de l’Héronnière entre Auchan et Leroy Merlin sera impactée. De mi- juin à mi-juillet, les routes de Tréfféac et Cuneix seront déviées (accès rive- rains maintenus). Une vingtaine d’exploitations agricoles du territoire sont elles aussi concernées par ce chantier déclaré d’utilité publique.

«Ce sujet est un point de vigilance accru pour la CARENE, explique l’élu. Dès la phase d’étude, nous avons informé les exploitants agricoles des travaux à venir et leur avons présenté notre méthodologie d’intervention. Nous nous sommes engagés vis-à-vis d’eux à ne pas faire circuler d’engins en-dehors de la zone de travaux définie et clôturée et à remettre leur terrain en l’état à l’issue du chantier. Un dédommagement est également prévu pour pallier le manque à gagner suite à l’immobilisation d’une partie de leur surface agricole ».

Qualité de service et tarif unique

Une nouvelle liaison va être créée entre Trignac et Le Truchat (en limite de La Baule), qui alimentera en eau potable les agglomérations de la CARENE et de CAP Atlantique. © Rémi Valais Production

Le service de l’eau est géré en régie par la CARENE, pour les dix communes de l’agglomération nazairienne. Pas moins de 60 000 abonnés et 33 industriels sont concernés. Une soixantaine d’agents dédiés sont répartis sur trois sites : l’usine de production de Campbon, le site du Plessis et les bureaux de la CARENE, où sont assurées les relations clients. Leur priorité à tous ? Garantir la qualité de l’eau potable distribuée aux abonnés en continu. Pour ce faire, le réseau est doté d’un dispositif de télésurveillance permanent, d’un service d’astreinte opérationnel 24h/24. En cas de dysfonctionnement, une alarme se déclenche. Par ailleurs, des contrôles sanitaires avec analyses de prélèvements sont régulièrement effectués par l’Agence Régionale de Santé (ARS). Leurs résultats sont affichés dans chacune des mairies de la CARENE.

À territoire et service communs, tarif unique. Eau potable, assainissement  collectif des eaux usées font l’objet d’un même tarif sur toutes les communes de la CARENE. En ce qui concerne l’eau, le consommateur ne paie que ce qui a un coût pour la collectivité : le traite- ment de l’eau, son acheminement, les contrôles de qualité, etc. La ressource, elle, est gratuite !

A noter

Pendant les trvaux, une première déviation sera effective jusqu'au 19 mai prochain afin de dévier la bretelle de le RD 123 à la hauteur de la rue de l'Héronnière à Saint-Nazaire.