- Economie, Culture, Tourisme

Patrimoine. L’usine élévatoire, un lieu historique qui va ouvrir au public

Esquisse du projet de reconversion de l'usine élévatoire (©Architectes Barré-Lambot/B2A) - Agrandir l'image, .JPG 596Ko (fenêtre modale)
Esquisse du projet de reconversion de l'usine élévatoire (©Architectes Barré-Lambot/B2A)

Le projet de reconversion de l’usine élévatoire prend vie avec deux acteurs : Les Brassés et l’hôtelier Sōzō.

Le port de Nantes Saint-Nazaire, conjointement avec la Ville de Saint-Nazaire et son agglomération, a retenu un projet contemporain composé d’un bar-brasserie et d’un hôtel haut de gamme sur le site de l’usine élévatoire. Parmi les critères de sélection du projet figuraient l’ouverture au public de ce bâtiment historique et le respect de son architecture et de sa mémoire.

L’accueil des personnes sera une première. A l’arrêt depuis 1993, l’usine élévatoire fait partie du patrimoine du Grand port maritime de Nantes Saint-Nazaire. Construite en 1909 dans le quartier du Petit Maroc, elle produisait de l’électricité pour éclairer l’avant-port et l’écluse avant de servir à la gestion du niveau des eaux.

Non seulement il sera possible de savourer une bière produite sur place avec des ingrédients locaux et de déguster des plats bio faits maison, mais il sera aussi permis de déambuler d’une porte à l’autre au sein de l’espace pour observer, sans consommer, les pompes qui seront conservées ou encore la charpente métallique.

Un palais brassicole dès 2020

"L’idée est de magnifier le patrimoine", ambitionne l’architecte Philippe Barré de l’agence Barré-Lambot avec l’agence B2A. "La beauté de ce lieu tient à à sa rusticité et à ses grands volumes ; la façade a une grande qualité, évoquant un palais."

Installés à Nantes depuis 2016, les Brassés recherchaient un nouveau lieu atypique et spacieux pour "exprimer et exposer leur savoir-faire" avec des visites de la brasserie. "Nous voulons réinscrire Saint-Nazaire sur la carte des villes brassicoles", envisage le brasseur Gabriel Charrin, "et produire 2500 hectolitres de bière par an."

Engagés dans une démarche de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), les Brassés se veulent exemplaires en favorisant les circuits courts -le houblon est produit à Bourgneuf-en-Retz et le malt à Saint-Avé près de Vannes-, et en récupérant notamment les énergies issues des eaux chaudes et de la fermentation.

Au moins quatre étoiles

Le rez-de-chaussée de 620m2, en plus du bar-brasserie, comprendra des espaces dédiés à des séminaires et à la conciergerie de l’hôtel. La structure hôtelière est portée par Sōzō, qui propose depuis 2012, dans le centre de Nantes, 24 chambres au sein d’une chapelle.

Un bâtiment neuf de 6 niveaux, constitué de béton et de verre, devrait abriter d’ici 2022-2023 une quarantaine de chambres, un spa et un toit terrasse pour une restauration haut de gamme. "Dans un premier temps, l’objectif est d’atteindre quatre étoiles", note l’hôtelier Benoît Boiteau.

Une reconversion en plusieurs temps

  • 15 décembre 2017 : lancement de l'appel à manifestation d'intérêt (AMI) par le Grand port maritime de Nantes Saint-Nazaire 
  • Jusqu'au 30 mars 2018 : dépôt des candidatures des porteurs de projet
  • 9 novembre 2018 : audition finale des candidats
  • 29 novembre 2018 : avis favorable au projet des Brassés et de l'hôtel Sōzō
  • 11 mars 2019 : fin du délai de recours
  • mi-2020 : production de bière et ouverture du bar-brasserie au sein de l'usine élévatoire
  • 2022-2023 : ouverture de l'hôtel et d'une restauration haut de gamme sur le rooftop