- Economie, Social

Association TOTEM. L’épicerie solidaire ouvre ses portes

Le mobilier conçu sur mesure, avec des matériaux de récupération, donne à ce lieu une véritable identité. - Agrandir l'image, .JPG 279Ko (fenêtre modale)
Le mobilier conçu sur mesure, avec des matériaux de récupération, donne à ce lieu une véritable identité.

Pari gagné pour l’association Totem que nous avions rencontrée il y a un an et demi. L’épicerie solidaire ouvre ses portes ce vendredi 29 novembre.

Avec une surface de 110 m², l’épicerie est située au 110 avenue de la République à Saint-Nazaire. Juste à côté, au 112, se tient le lieu d’échanges. En plein cœur du centre-ville, à deux pas de la gare routière, l’établissement est ouvert à tous.

400 références de produits, allant des produits frais aux produits d’hygiène ou d’entretien, prennent place dans les rayons de l’épicerie. « Le projet a évolué au fur et à mesure de nos échanges, notamment avec le CCAS de Saint-Nazaire, » explique Pierre Bastian, président de l’association. « Nous avons élargi la gamme de nos produits pour s’adapter à toutes les bourses, notre objectif étant de pouvoir permettre aux clients de se faire plaisir tout en respectant leur budget ».

Totem a mis en place un système de paiement par carte magnétique. Les porteurs de la carte pourront bénéficier d’avantages promotionnels et d’offres exclusives.

Un espace d’échanges et de convivialité

Le lieu d’échanges offre un espace où discuter autour d’un café, accueillir des personnes en fragilité. « Nous souhaitions un lieu séparé de l’épicerie où les gens peuvent venir en toute tranquillité, » poursuit Pierre Bastian.

Dans un esprit familial et convivial, ce lieu met à disposition des visiteurs un point d’accès numérique. « Des bénévoles proposeront un accompagnement aux démarches administratives et des ateliers d’initiation à l’informatique, notamment pour les personnes âgées, » indique le président de TOTEM. « D’autres associations pourront venir y organiser des ateliers autour de valeurs que nous partageons comme le zéro déchet ou l’alimentation. »

L’association a créé deux emplois. Angèle, salariée à plein temps, assure la tenue de la boutique. A ses côtés, Stéphanie, en contrat aidé à mi-temps, bénéficie d’un accompagnement dans sa réinsertion professionnelle.