Expressions politiques

Dans cette rubrique, vous retrouverez régulièrement les expressions des groupes politiques du conseil municipal publiées dans Saint-Nazaire Magazine. 

Novembre 2020

Le groupe "Pour Saint-Nazaire" - Majorité

Une charte pour la qualité et la transition écologique

Nous avons souhaité élaborer cette charte avec les professionnel·les de la construction : promoteurs, architectes et paysagistes, afin de réaffirmer les priorités de notre projet en matière d’habitat : des logements pour tous les budgets, la mixité dans tous les quartiers, et un cadre de vie de qualité pour chacun·e.

Nous avons un double défi à relever : loger à la fois nos enfants et les nouveaux arrivants. Tous les ans, il faut construire 350 logements pour satisfaire nos propres besoins (décohabitation, démographie croissante...) et il nous faut en plus construire pour accueillir les nouveaux salarié·es ou les retraité·es qui veulent vivre à Saint-Nazaire. Dans ces circonstances, freiner les constructions ou les stopper, c’est organiser la rareté de l’offre donc l’envolée des prix ; c’est contraindre des ménages à s’éloigner pour trouver le bien qu’ils peuvent financer. Nous voulons permettre à chacun·e de choisir là où il veut vivre. A travers la charte, les promoteurs s’engagent à favoriser les propriétaires occupants car, pour nous, le logement est un lieu de vie avant d’être un produit d’optimisation fiscale !

Construire où ? L’étalement urbain n’est pas la solution car il faut préserver la campagne. Il faut donc construire la ville sur la ville en la densifiant tout en gardant un équilibre entre habitat collectif et maisons individuelles. Parfois, il faut monter un ou deux étages de plus, tout en prenant soin des voisins, de l’ensoleillement ; évidemment, l’objectif n’est pas de faire 16 étages partout. Parce que la mixité est le gage d’une ville harmonieuse, nous veillerons à garder une offre importante de logements sociaux.

La charte est également un outil de dialogue avec les constructeurs pour accompagner les nouveaux modes de vie : prévoir les locaux vélos, le confort, les espaces extérieurs végétalisés, le patrimoine arboré qui doit être préservé le plus possible.

La charte porte également sur la dimension écologique : sobriété énergétique, préservation de la biodiversité et des ressources naturelles, santé et bien-être..., et intègre les risques climatiques (inondation, submersion, canicule et îlot de chaleur urbain...).

Construire la ville est un acte politique car cela impose des choix qui produisent des effets sur 30, 40 voire 50 ans. Nous ne construisons pas que pour nous, mais pour les générations futures car elles hériteront du Saint-Nazaire que nous fabriquons. Avec de l’ambition et des convictions chevillées au corps, c’est ainsi que nous voulons avancer avec vous pour faire une ville harmonieuse, moderne et durable.

La santé : un droit fondamental pour tous les habitant·es, citoyen·nes et salarié·es

En septembre 2019, une étude menée par l'observatoire régional de la santé mettait en lumière une surmortalité dans la région de Saint- Nazaire, notamment liée au nombre de cancers. Cette annonce a immédiatement interrogé les habitant·es, les associations environnementales, les organisations syndicales et les élu·es. Le maire de Saint-Nazaire a saisi l'agence régionale de santé afin qu'une étude épidémiologique soit conduite pour tenter d’expliquer cette surmortalité. Le directeur de l'ARS nous indiquait alors avoir saisi Santé publique France pour évaluer la pertinence et la faisabilité d'une telle étude.

Le 24 septembre 2020, réunis à la sous-préfecture, il était porté à notre connaissance que l'État ne souhaitait pas mettre en place une étude de zone à l'échelle du bassin industriel au motif que la compilation de l'ensemble des études liées à chaque site industriel apporterait une vision suffisante.

Le 07 octobre 2020, considérant que cette annonce n'était pas recevable, le maire de Saint-Nazaire et président de la CARENE, avec le soutien des deux parlementaires du secteur, dans un courrier co-signé, réitérait la demande pour que l'État s'engage à réaliser une étude de zone et une étude épidémiologique.

Le 09 octobre, le sous-préfet annonce, lors d'une réunion rassemblant les industriels, les associations environnementales, les organisations syndicales et les élu·es de Saint-Nazaire, Trignac, Montoir et Donges, qu'une étude globale de zone serait engagée pour analyser les corrélations entre les différentes sources de polluants.

Nous avons pris acte avec mesure et satisfaction de l'annonce de cette étude globale de zone qui permettra d’évaluer l'impact des diverses sources de pollution sur l'air, les sols et les eaux et d'analyser les incidences ou non sur notre santé. Nous demandons parallèlement que l'étude épidémiologique soit également conduite.

D'un point de vue de santé environnementale, c'est ce que nous pourrions nommer : agir pour comprendre, comprendre pour agir.

La santé environnementale sera l’un des enjeux du futur contrat local de santé élargi au périmètre intercommunal qui va se construire tout au long de l'année 2021. Les conclusions des études obtenues, tout en donnant aux scientifiques le temps nécessaire de la recherche, en toute quiétude et indépendance, viendront enrichir les orientations que les communes de la CARENE arrêteront en commun... Les élu·es de la majorité municipale considèrent que la santé et la promotion de la santé sont des fondamentaux de toute société de progrès.

Construire les réponses sociales

En décembre 2017, nous adoptions la délibération cadre définissant notre politique sociale. Elle était le résultat d’une très large concerta- tion issue de la « Fabrique des politiques sociales ». Elle est désor- mais la feuille de route de notre centre communal d’action sociale (CCAS) pour construire ensemble les réponses sociales de demain.

Pour la Ville de Saint-Nazaire et son CCAS, il s’agit de s’interroger sur les solutions à apporter aux Nazairien·nes les plus en difficulté, de réfléchir à la manière de rendre ces solutions réalisables, à la façon dont les partenaires peuvent agir collectivement : comment mieux lutter contre la précarité, l’isolement ou le mal-logement ? Que faire face au vieillissement de la population ? Ce document cadre n’a donc pas vocation à rester figé dans le temps. Dès les prochains mois, nous allons le réinterroger au regard de la crise sanitaire et de ses conséquences.

Parce que l’action sociale ne se détermine ni sans les personnes qui en ont besoin, ni sans les partenaires associatifs et institution- nels impliqués dans l’aide aux plus fragiles, la Ville de Saint-Nazaire et son CCAS veulent agir encore davantage en partenariat. Se rencontrer et échanger régulièrement sur les enjeux sociaux font partie des engagements de l’équipe municipale pour adapter son action. Ainsi, chaque année, le forum social offrira l’occasion, sur chaque grand thème de la Fabrique des politiques sociales (grande précarité, vieillissement de la population, isolement social et mal- logement), de réaliser un tour d’horizon des avancées des projets. Ce forum est ouvert à tous, habitant·es, usager·es de l’action so- ciale, professionnel·les et associations. Il se déroulera cette année le 24 novembre (si les conditions sanitaires le permettent).

COVID 19 : civisme, solidarité et vigilance

La COVID 19 met la société en tension et rend difficile nos vies. Si chacun souhaite que les recherches aboutissent pour maîtriser cette pandémie, il nous faut, dans l’attente, faire preuve de vigilance et ne pas s’exposer ou exposer inutilement les autres, tout en maintenant une vie culturelle et sociale.

Mais le virus met aussi sous pression notre économie, à commencer par nos commerces de proximité. Là encore, nous pouvons tou·tes jouer un rôle en les privilégiant par rapport au commerce électronique. Alors que s’annoncent les fêtes de fin d’année, il est plus que jamais important de penser local pour permettre à nos commerçant·es et artisans de passer le cap.

Notre tissu industriel n’est pas non plus épargné. Certaines activités, comme l’aviation, sont au cœur du cyclone, car la demande mondiale est à l’arrêt. Nous sommes vigilants sur ces questions, afin que nos entreprises bénéficient des projets de recherche nationaux pour franchir le cap par l’innovation. C’est tout l’enjeu du Plan de Relance, dont quelques entreprises ont déjà pu bénéficier.

Voies cyclables

Les voies cyclables du front de mer et de la route de la Côte d’Amour ont pris fin. Il s’agissait d’une expérimentation que nous avions souhaité mettre en place à la sortie du confinement.

Ces pistes avaient reçu un bon accueil, mais les conditions de sécurité des cyclistes et les migrations des voitures sur de nouveaux axes doivent nous amener à des réflexions plus globales sur le plan de circulation dans la ville.

Au-delà de notre volonté de développer le plan vélo, il faut aussi repenser un partage des espaces (voitures, scooters, vélos, vélos électriques, trottinettes, skates, piétons, etc.), une étude sera lancée dans quelques semaines et permettra de développer un plan de tous les modes de déplacements où chacun trouvera sa place et respectera la place de l’autre.

Durant cette période, les pistes cyclables existantes feront l’objet d’une remise en état, certaines doivent être sécurisées, d’autres devront être refaites pour ôter les nids de poule et les racines qui les rendent inconfortables.

Aujourd’hui, la volonté de continuer à développer le « plan vélo » est plus que d’actualité et tiendra compte des résultats de la concertation avec les citoyen·nes et les associations.

Saint-Nazaire et les JO Paris 2024

Début octobre, Saint-Nazaire est devenue officiellement centre de préparation aux Jeux Olympiques et Paralympiques Paris 2024 pour les disciplines : boxe, volley-ball, triathlon, cyclisme, rugby à 7, football et handball. C’est la reconnaissance de la qualité de notre accueil et de nos équipements. Au-delà, le label terre de jeux permettra la promotion rythmée de l’activité physique et sportive à travers de nombreux événements populaires et le soutien à notre vie associative locale. Au total, plus de 150 partenaires du mouvement sportif se mettront en mouvement pour faire vivre les valeurs fondamentales de l’olympisme : le respect, l’excellence et l’amitié. Dans les heures difficiles auxquelles notre époque est confrontée, nous sommes attachés à faire que les peuples se rencontrent au profit de la tolérance, de la paix et de la lutte contre les discriminations.

Les 39 élu·es du groupe « Pour Saint-Nazaire »

Groupe "Ensemble, solidaires et écologistes" - Opposition

25 novembre : journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes

Elles peuvent être physiques, psychologiques, économiques, médicales, sexuelles, identitaires. À chacune de ces formes doit correspondre des politiques publiques volontaristes menées avec beaucoup de détermination et une prise en charge rapide.

Dans le parcours judiciaire, la première étape est de prendre en compte correctement la parole des femmes et les dépôts de plainte. Chaque personnel dans les commissariats puis les tribunaux doit être formé à connaître les processus de mémoire traumatique ou d'emprise psychologique afin d'accueillir les femmes et les accompagner dans leurs procédures.

L'exemplarité des pouvoirs publics, dont les municipalités, est nécessaire tant avec les employées qu'avec les concitoyennes. Lutter contre toute forme de sexisme, contre l'invisibilité des femmes et faciliter l'accès à la formation et les évolutions de carrière sont autant de leviers pour plus d'autonomie. Le plan à l’égalité femmes/ homme de Saint-Nazaire doit bénéficier d'un budget dédié, d'une véritable expertise et l'implication des partenaires.

Les associations locales et nationales qui assurent l'accueil de femmes victimes de violence en leur apportant écoute, soutien et protection, parfois mise à disposition d'un logement d'urgence, font un travail remarquable. Nous tenons à les assurer de notre soutien, elles qui assument des missions de service public avec une insuffisance criante de moyens.

Les luttes féministes sont indissociables des luttes émancipatrices contre le conservatisme, le fascisme, le racisme, les LGBTI-phobies. Elles sont tout autant nécessaires que les pouvoirs publics, et permettent de révéler de plus en plus les violences quotidiennes subies par les femmes, d'amplifier les voix des femmes qui s'élèvent chaque jour davantage pour exiger un monde où les violences sexistes n'auront plus place, pour que chacune puisse vivre dans une société égalitaire.

La situation sanitaire de l'année 2020 a montré pourtant que les femmes étaient en première ligne dans les métiers de « première nécessité » (soins et aide aux personnes, grande distribution, etc.), mais dévalorisés. La charge mentale a été décuplée dans de nombreux foyers avec l'arrêt de la scolarisation pendant plusieurs semaines.

Le 25 novembre, journée contre les violences faites aux femmes, nous soutenons les actions nazairiennes et serons présent·es pour ne plus laisser le silence être une violence supplémentaire faite aux femmes.

Pascale HAMEAU, Gwenolé PERONNO, Gaëlle BÉNIZE THUAL, Cédric TURCAS, Hanane REBIHA, Philippe CAILLAUD, Capucine HAURAY, Olivier BLÉCON, Sarah TRICHET-ALLAIRE, François BILLET

Octobre 2020

Le groupe "Pour Saint-Nazaire" - Majorité

Marais de Brière, estuaire de la Loire, façade littorale... un mandat pour agir et pour préparer l’avenir

Quelle chance et quelle responsabilité de vivre au cœur d’un milieu unique, fragile, où se mêlent l’estuaire de la Loire, les marais de Brière, les plages du littoral ! Comme nous nous y étions engagés pendant la campagne électorale, nous serons au rendez-vous de ce formidable défi pour préserver et gérer durablement nos ressources environnementales stratégiques. Sur ces 50000 hectares de milieux sensibles, l’absence de plans de gestion, le laisser-faire sont tout aussi néfastes que l’artificialisation excessive des sols ou la consommation démesurée des ressources naturelles. C’est donc bien dans la recherche d’un équilibre complexe, au bénéfice de l’homme et de la nature, que nous voulons situer notre action, comme l’ont toujours fait les habitant·es de ce territoire.

Les grands enjeux sont identifiés, il s’agit de restaurer et protéger nos grands espaces naturels de zones humides, de bocages de prairies pour sauvegarder leur fonction essentielle de puits à carbone, de reconquérir la qualité de l’eau et des milieux aquatiques, de préserver la ressource en eau potable, la biodiversité faune-flore mais aussi nos lieux de vie des risques liés au changement climatique et à la montée des eaux. Il faut pour cela agir sur le temps court, préparer le temps long, et s’affranchir des frontières administratives trop restreintes.

Dans un esprit de solidarité et d’efficience, le mandat précédent a été l’occasion, sur ces dossiers, de poser les bases d’une coopération territoriale élargie, en prenant toutes nos responsabilités dans la gouvernance de l’eau, du parc naturel régional de Brière ou dans la préfiguration d’un projet alimentaire territorial, par exemple.

Ainsi, dès aujourd’hui, le programme d’actions porté par le Syndicat du bassin versant du Brivet est opérationnel. Ce contrat de six ans permettra de restaurer nos cours d’eau et canaux, de reconquérir la qualité de l’eau et des milieux aquatiques ; il représente un investissement de plus de 15 millions d’euros, financés à hauteur de trois millions par Saint-Nazaire et son agglomération.

Concernant le parc naturel régional de Brière, l’année 2021 permettra d’engager toutes les communes de la CARENE dans la réalisation d’un atlas de biodiversité communal afin de valoriser la richesse de la biodiversité du quotidien. Il sera précieux pour déployer les plans de reboisement programmés sur ce mandat.

Comme nous l’avons fait sur la gouvernance de l’eau, il nous faudra aussi installer, dans les mois qui viennent, une gouvernance structurée pour l’estuaire de la Loire. Les grandes mutations vont profondément modifier nos cadres de vie. L’équipe de la majorité municipale « Pour Saint-Nazaire » prend toutes ses responsabilités pour répondre aux enjeux de notre temps.

Faire vivre la Démocratie

Notre projet municipal est organisé autour d’un triptyque : un cap écologique, une boussole sociale, et une méthode démocratique. Ce début de mandat est l’occasion de parler méthode démocra- tique.

De très nombreux espaces d’information, de concertation, de collaboration, ou de co construction ont été mis en place ces dernières années par la Ville de Saint-Nazaire. Conseils citoyens de quartiers, dispositif d’accompagnement des initiatives citoyennes, soutien aux maisons de quartiers, au monde associatif, aux projets collaboratifs, appels à projets, conseil des aîné·es, Jeunes en ville, droit d’interpellation citoyenne, délibérations-cadres, réunions

publiques, permanences des élu·es de quartiers, les rendez-vous « 1 Mois, 1 Quartier », l’Atelier mobile...Les possibilités à disposition des nazairien·nes sont nombreuses pour s’intéresser, s’impliquer, participer et mener des projets. La participation citoyenne gagne du terrain et notre équipe « Pour Saint-Nazaire » est consciente des enjeux démocratiques, tant pour notre territoire que pour notre pays.

Malgré cette demande de concertation et les nombreux outils mis en œuvre, l’abstention continue de progresser ces dernières années. Ce fait, confirmé encore lors des derniers scrutins, à Saint-Nazaire comme partout ailleurs, doit nous interpeller. Pour nous, l’enjeu est d’améliorer et parfois restaurer la confiance et le respect entre les citoyen·nes et l’institution publique.

Cette volonté de favoriser l’information, la concertation et la co- construction entre les habitant·es et les élu·es, se concrétise par la présentation régulière de « Délibérations-cadrec » au conseil municipal, qui tracent aujourd’hui le cadre de notre action. Le processus d’élaboration de ces délibérations permet de faire participer de nombreux habitant·es et acteurs locaux, recueillir leurs avis et expertises. Ces temps de travail associent élu·es, associations, partenaires institutionnels, représentant·es des maisons de quartiers, professionnel·les... Représentant·es des conseils citoyens de quartier, et habitant·es tiré·es au sort participeront également à la démarche. Pour ce mandat, transition écologique, projet éducatif local, contrat intercommunal de santé, tarifications municipales, plan local de l’habitat et mobilités seront les grands sujets à travailler avec les habitant·es. De la même manière, au travers de la démarche « Ambition maritime et littorale » des réflexions d’ampleur seront engagées autour du projet urbain global de notre ville avec les habitant·es. Pour cela, une commission extra municipale a été mise en place. D’autres outils verront prochainement le jour, tels que les budgets participatifs ou encore les chantiers coopératifs...

Réussite éducative

À Saint-Nazaire, l’éducation est une priorité de toujours. Bien avant nous, des générations d’élu·es se sont mobilisées en faveur de l’école et en soutien à l’éducation populaire. Cette ambition pour l’émancipation des jeunes est intacte. Elle se traduit notamment par nos conventions avec l’État sur le projet éducatif de territoire et le programme de réussite éducative (PRE) qui permet à 220 enfants, chaque année, de bénéficier d’un accompagnement individualisé. Nos dispositifs, qui incluent plusieurs actions innovantes (club coup de pouce, cap collège, aide aux devoirs dans les maisons de quartier...) s’avèrent d’autant plus nécessaires dans la période que nous traversons, et après plusieurs mois qui ont pu accentuer les fragilités de certain·es. En complémentarité de ces actions, nous venons d’obtenir le très sélectif label « cité éducative », qui reconnait la qualité de l’investissement de tous les acteurs éducatifs. Les quartiers ouest, regroupés autour du collège Pierre-Norange, font ainsi partie des 80 labélisations. Au-delà des financements octroyés par ce label (200 000 euros par an pendant trois ans), il s’agit de favoriser les apprentissages et d’accompagner nos enfants à bien grandir dans notre ville, en tissant plus de liens entre tous les acteurs interagissant avec notre jeunesse.

En matière d’éducation, comme dans bon nombre d’autres domaines, notre faculté d’innovation est reconnue, et nous permet ainsi d’être en première ligne pour vivre ensemble la ville de demain.

Liban

Aux côtés des États, parfois défaillants ou autoritaires, les collectivités locales ont un rôle à jouer dans le monde. Lutter pour la démocratie, faire prévaloir les intérêts humains, porter la solidarité, contribuer au dialogue culturel, innover pour la transition écologique... Ces combats sont à mener et nos villes se doivent d’être solidaires, par-delà les frontières, pour les porter.

Forts de cette conviction, nous avons souhaité que la Ville de Saint-Nazaire et son agglomération apportent leur aide aux popu- lations du Liban, fortement touchées par une situation politique inquiétante, comme par l’explosion qui a défiguré Beyrouth. 300000 habitant·es ont perdu leur domicile. Santé et solidarité peinent à s’organiser dans un pays exsangue.

Saint-Nazaire apportera 5000 euros d’aide à un fonds des collectivités françaises pour le Liban. Une mission est en cours au Liban, pour une utilisation optimale des fonds.

SOS Méditerranée

Ville-portuaire, Saint-Nazaire accueille avec fierté le centre de formation de la Société nationale des sauveteurs en mer (SNSM). Grâce à lui, la SNSM forme ceux qui vont porter secours aux naufragé·es et sauvent des vies au large de nos côtes.

Pourtant, en Méditerranée, le cynisme, la défaillance des États et les calculs politiciens font que des milliers de migrant·es meurent noyé·es. On estime que 1 885 personnes sont mortes en Méditerranée en 2019. Plus de cinq morts, chaque jour... Ces femmes, ces hommes, ces enfants, ce sont nos frères, nos sœurs, nos enfants.

L’association SOS Méditerranée s’est donné pour mission de venir au secours des naufragé·es, de manière inconditionnelle, en respectant strictement le droit. Reconnue d’utilité publique, elle a secouru 30 896 personnes depuis sa création, dont 1 373 en 2019.

Avec le conseil départemental de Loire-Atlantique et de nombreuses collectivités en France, nous avons souhaité que Saint-Nazaire apporte son soutien à SOS Méditerranée et rejoigne, à hauteur de 10 000 euros par an, sa plate-forme de financement.

Petit-Maroc : des habitant·es et des commerçant·es gêné·es

Le pont levant, propriété du port autonome Nantes/Saint-Nazaire, permettant l’accès au quartier du Petit Maroc a été percuté par un cargo le 24 juillet. Cet incident a entraîné sa fermeture à toute circulation jusqu’à la mi-novembre, à l’heure à laquelle nous écrivons ces lignes. La gêne occasionnée pour les habitant·es et les commerçant·es a été immédiatement prise en compte par la collectivité.

Le ramassage des ordures ménagères a dû être adapté au tonnage du pont de la forme Joubert pour assurer la continuité du service public. Un itinéraire a été installé pour permettre de dévier les véhicules et les piéton.ne.s vers le pont tournant depuis l’avenue René-Coty. Des feux ont été positionnés pour fluidifier et sécuriser le trafic de la passerelle de l’écluse, même si elle est peu adaptée à un tel trafic.

Les contacts avec les commerçant·es ont permis d’identifier leurs besoins immédiats consistant à indiquer l’ouverture de ces commerces et la déviation pour s’y rendre.

Nous sommes en relation permanente avec le domaine portuaire en veillant aux intérêts des nazairien·nes de ce quartier historique de Saint-Nazaire.

Les 39 élu·es du groupe « Pour Saint-Nazaire »

Groupe "Ensemble, solidaires et écologistes" - Opposition

La connaissance pour lutter contre l’insécurité

« L’insécurité est à la mode, c’est un fait ». Cette phrase ouvrant un article de presse n’a pas été écrite en 2020 mais en 1907. Le problème de l’insécurité n’est donc pas récent et néanmoins il subsiste encore, comme nous l’avons vécu à Saint-Nazaire cet été : une fillette victime d’une balle perdue dans le genou, un homme grièvement blessé par balles, un assaut du raid : c’est ce qui a rythmé la saison estivale des habitant·es de la Bouletterie, la Trébale, le Petit Caporal, la gare, le centre-ville. Ces évènements dramatiques ne font que pointer du doigt une situation déjà fragile, mais aussi des solutions inadaptées. Alors, abordons-nous les choses du bon angle ?

Les collectivités publiques doivent s’attacher à réfléchir à leur mode de connaissance des populations vivant dans et autour des logements dont ils ont la charge, mieux comprendre les habitants afin de développer des propositions pertinentes d’accompagnement et de dynamisation du tissu social.

L’approche de ces milieux populaires est souvent biaisée par l’omniprésence de clichés et de stéréotypes réducteurs, car toujours lus avec la même grille de lecture qui fait appel aux mêmes indicateurs « classiques » qui ne rendent pas compte de « l’épaisseur de la vie quotidienne » vécue par les habitants. Les rapports officiels basent leur connaissance des habitant·es sur des chiffres fournis par des acteurs institutionnels (Insee, CAF, services de police...), mais qui ne répondent pas aux besoins des populations. Les données de la CAF recensent les attributions d’aide sociale, les données de la police enregistrent un taux d’intervention : il n’y a ni les manques, ni les besoins. De plus, elles n’offrent pas de précision à l’échelle d’un quartier et sont donc insuffisantes pour guider l’action micro locale.

Oui, le démantèlement des réseaux de trafic est à la charge de la police nationale, mais là où le maire réclame une augmentation des effectifs de la police et des caméras de vidéosurveillance, nous répondons que les solutions doivent être humaines et construites en concertation avec les quartiers directement impactés par cette problématique d’insécurité. Faire appel aux habitant·es pour mettre en place des « référent·es de vie », accroître la présence des médiateur·trices qui feraient le lien entre les institutions, la municipalité, les travailleur·ses sociaux et les associations, toutes ces mesures permettraient d’inclure tou·tes les acteur·trices et aboutiraient sur de véritables projets.

Pascale HAMEAU, Gwenolé PERONNO, Gaëlle BÉNIZE THUAL, Cédric TURCAS, Hanane REBIHA, Philippe CAILLAUD, Capucine HAURAY, Olivier BLÉCON, Sarah TRICHET-ALLAIRE, François BILLET

 

Septembre 2020

Le groupe "Pour Saint-Nazaire" - Majorité

Des élections municipales inédites

Les élections municipales se sont déroulées dans des circonstances inédites et une importante majorité de Nazairiennes et de Nazairiens a choisi de reconduire David Samzun dans sa fonction avec une équipe renouvelée. Nous remercions l’ensemble des électeurs et électrices, qui se sont déplacé·es malgré les inquiétudes générées par la crise sanitaire. Nous saluons le travail des services municipaux, qui auront fait preuve d’engagement et de réactivité pour garantir des conditions d’accueil sécurisées. Le 3 juillet, moins d’une semaine après le second tour, nous réunissions le nouveau conseil afin de confier les responsabilités aux élu·es. La prise en main rapide des dossiers, la volonté partagée de servir l’intérêt général et le choix renforcé de la proximité par la création de sept adjoint·es de quartier sont nos atouts pour conduire une politique municipale dont la boussole est sociale, le cap écologique et la méthode démocratique.

Soutenir l’emploi

La crise sanitaire nécessite de la prudence, un respect rigoureux des gestes barrières, une solidarité collective pour faire obstacle à une nouvelle propagation d’ampleur du virus. Les milliers de victimes de cette épidémie, qui se poursuit partout dans le monde, sont là pour nous rappeler sa dangerosité. Les conséquences sociales sont elles aussi bien là. Licenciements, non reconduction de contrats, limitations des intentions d’em- bauches font partie du quotidien des salarié·es et des chef·fes d’entreprise. Or, nous le savons, la perte d’emploi et les spirales  qui conduisent à la pauvreté sont tout aussi dangereuses pour les personnes concernées que pour l’ensemble de la société et nos politiques de solidarités. Ce contexte doit nous conduire à amplifier nos actions. Les poli- tiques sociales, les soutiens alimentaires, les dispositifs d’accom- pagnement du service public sont et seront au rendez-vous. Les politiques de soutien aux entreprises, aux chantiers d’insertion, aux formations, à l’innovation et à la recherche le seront tout autant. Depuis des années, nous travaillons, avec les acteurs et actrices économiques, à bâtir ici un modèle de croissance qui réconcilie l’in- dustrie et l’environnement, qui conjugue la puissance industrielle et l’attractivité touristique. Les atouts, nous les avons et nous devons faire vivre ce modèle en renforçant toutes les coopérations et en accueillant toujours mieux les initiatives citoyennes, associatives et entrepreneuriales.

Sécurité industrielle

Notre bassin d’emploi se caractérise par une forte activité industrielle, au cœur de nombreux enjeux économiques et environnementaux. C’est notre fierté de relever ces défis. Pour autant, nous n’ignorons pas les risques que représente l’activité industrielle. Le drame de l’explosion qui a endeuillé Beyrouth vient le souligner crûment. Notre attitude tient en deux mots : vigilance et exigence. Vigilance sur l’activité économique et les signaux pouvant alerter sur la situation de telle ou telle entreprise.  Exigence  vis-à-vis  de  l’État, car il lui appartient de faire respecter la réglementation. Nous souhaitons qu’il agisse promptement pour assurer la sécurité de toutes et tous et le maire l’a déjà fait savoir à plusieurs reprises auprès des autorités préfectorales.

Soutien à la culture et programmation estivale 

L’ambition culturelle de la ville s’est  traduite,  en  premier  lieu,  par un dispositif de soutien exceptionnel pour répondre à l’urgence des  acteurs  et  actrices  des  arts  et  de  la  culture,   touchés   de plein fouet par la crise sanitaire. Par ailleurs, il était impératif de maintenir une programmation estivale pour les habitant·es qui ne partent pas en vacances, mais aussi pour répondre à l’attractivité touristique. Découverte du patrimoine, animations, spectacles, la programmation culturelle s’est adaptée afin de garantir la sécurité sanitaire au public. À défaut de festival, l’équipe des Escales n’a pas hésité à sortir du cadre en programmant sur le toit de la base sous- marine six concerts dans un Club Panorama salué par les médias nationaux. Saint-Nazaire Côté Plages, pour sa part, a repensé ses spectacles de rue et imaginé des sérénades  d’un  nouveau  genre dans les quartiers. Autant de rendez-vous culturels qui ont permis d’accueillir jusqu’à 900 spectateurs et spectatrices par semaine et rappeler, face aux incertitudes, la place centrale de la culture.

La base nautique du skate park

Saint-Nazaire est une ville littorale dont nous souhaitons révéler toutes les ressources. Elles sont nombreuses pour le développement des activités économiques et la filière du tourisme mais elles sont aussi une formidable opportunité pour développer nos activités sportives et de loisirs. Depuis trois ans, sur la grande plage en face du skate park, les catamarans côtoient les planches à voile et les pirogues pour le plaisir des pratiquants et des promeneurs. Cette année, près de 100 % des créneaux pour les cours collectifs ont été utilisés et les inscriptions dès juin via espace famille ont permis un accès privilégié pour les Nazairiennes et les Nazairiens et notamment celles et ceux qui ne peuvent pas partir en vacances.

La rentrée scolaire

L’année écoulée a été très éprouvante pour l’ensemble des adultes qui œuvrent à l’accueil et à l’éducation des enfants. Elle a été difficile pour les familles et naturellement pour les enfants. Elle aura réclamé un engagement de la part de toutes et tous. En juin dernier David Samzun a réuni l’ensemble des acteurs sociaux et éducatifs afin d’échanger sur la situation des enfants particulièrement en difficulté. Une chose est certaine, il y a nécessité de renforcer nos interventions en matière de réussite éducative et d’accompagnement à la scolarité. Selon son habitation, sa situation économique, sociale, familiale, le confinement a été vécu différemment. Pour certains enfants et adolescents, les conséquences psychologiques  sont  importantes et aggravées par l’absence du lien quotidien avec l’école, le collège ou le lycée. Dès l’automne, conformément à notre engagement de campagne, nous lancerons le travail partenarial sur l’actualisation du Projet éducatif local. À Saint-Nazaire, les politiques éducatives et d’éman- cipation sont des priorités ancrées. Nous continuerons à développer les outils et les soutiens pour que les enfants et les jeunes puissent s’épanouir dans leur ville.

Place aux associations

À l’heure où il nous est demandé de rendre ce texte que vous lisez aujourd’hui, nous ne savons pas si « Place aux associations », l’événement associatif de la rentrée, pourra avoir lieu. Nous souhaitons une nouvelle fois souligner l’incroyable richesse créée par les bénévoles des associations. Saint-Nazaire, c’est plus  de 650 associations et une formidable énergie citoyenne. L’action associative est un complément indispensable à l’action publique. Nous l’avons encore constaté du point de vue de l’organisation des solidarités, dans cette période de crise sanitaire, sociale et économique. Cette rentrée est aussi celle des associations sportives dont nous saluons les capacités d’adaptation, discipline par discipline, afin de continuer à proposer des cours. Saint-Nazaire ville sportive se mobi- lise pour que l’activité sportive perdure malgré la circulation du virus.

Faits graves de délinquance

Dès le début de son premier mandat, la majorité municipale a créé un dispositif de vidéo protection et une police municipale pour répondre aux incivilités croissantes et permettre à la Police nationale de se concentrer sur les questions de sécurité publique et de lutte contre les trafics de drogue. Nous nous sommes engagés à augmenter ces moyens  au cours  de ce mandat en doublant les effectifs de la police municipale et en étendant la vidéoprotection à de nouveaux sites. Malgré l’engagement et le travail des différents services de police et des acteurs de la justice, des faits graves telles que des fusillades en pleine rue liées au trafic de drogue et blessant deux personnes, sont venus souligner encore une fois l’importance prise par ces  trafics  dans notre commune. Ces faits ont conduit le maire à interpeller de nouveau le ministre de l’Intérieur mardi 4 août afin que la ville de Saint-Nazaire soit  dotée  des  effectifs  de  police  adaptés  à  sa  taille, à sa fonction de ville centre d’agglomération et à son attractivité croissante. La Ville de Saint-Nazaire prend et prendra toute sa part dans la lutte contre l’insécurité mais c’est à l’État d’assurer la protection des Français·es et des Nazairien·nes.

La méthode : le projet stratégique

Etre élu·e, c’est recevoir un mandat. Celui de tenir les engagements pris et de rester en lien avec les habitantes et les habitants afin de conduire, sous leur regard et avec leur participation, les affaires publiques.  Dès  l’automne  2020,  nous   commencerons   à   croiser les engagements politiques de campagne avec les capacités  humaines et financières de la collectivité afin de définir une programmation  sur  le  mandat.  La  majorité  de  2014  a  adopté  un « projet stratégique », qui court jusqu’en 2024. Nous allons prendre le temps d’en faire le bilan et de croiser les engagements pris en 2O14 avec les nouveaux enjeux, les nouvelles demandes et les besoins nés de la crise sanitaire. Forts de ce travail, qui prendra quelques mois, nous adopterons un nouveau « projet stratégique de mandat». Il constituera notre trame de travail. Nos projets et notre calendrier de mise en œuvre y seront clairement établis afin que le dialogue démocratique se poursuive avec vous toutes et tous.

Le Covid est toujours là

Le respect de la distanciation sociale, le port du masque, le lavage fréquent des mains sont autant de gestes barrières qui  font  désormais partie de notre quotidien. Les efforts constants et le civisme des Nazairien·nes participent à la limitation de la propagation du virus sur notre territoire. Cette crise sanitaire  dure  dans le temps et nous oblige à adapter les offres concernant les événements proposés. Nous sommes conscients qu’il est douloureux d’annuler certaines animations. Toutefois, notre priorité est de protéger l’ensemble des habitant·es en prenant  les précautions  appropriées.  La solidarité est une valeur fortement ancrée à Saint-Nazaire. À chacun·e de maintenir sa vigilance avec le souci de l’intérêt général.

Les 39 élu·es du groupe «Pour Saint-Nazaire»

Groupe "Ensemble, solidaires et écologistes" - Opposition

Le collectif «Ensemble, solidaires et écologistes» créé pour la campagne municipale puise ses sources dans la volonté de proposer un changement pour Saint-Nazaire. Si  nous  n'avons  pas réussi à convaincre suffisamment, nous ne baissons pas les bras, et souhaitons en faire un outil démocratique dont chaque citoyen·ne pourra s’emparer. Avec dix élu·es au  conseil  municipal,  nous  souhaitons  exercer un mandat constructif, tout en étant intransigeant·es avec les exigences qui nous ont porté·es : démocratie, solidarité, écologie.

Ensemble

L’élection municipale a été marquée par une très forte abstention. Celle-ci est depuis quelque temps trop importante pour la démocratie, mais elle a atteint un sommet inégalé en mars et juin derniers. Certes, la pandémie de Covid-19 et les incertitudes qui en découlaient ont joué un rôle, mais ce n'est pas la seule explication. Une défiance s'est installée. C'est pourquoi nous souhaitons, à vos côtés, rapprocher le fonctionnement et les actions municipales des citoyennes et des citoyens, par des actions innovantes et de proximité.

Solidaires

Notre économie qui semblait solide se révèle un colosse aux pieds d'argile avec des décisions prises loin des Nazairien·nes. Déjà, silencieusement, hors des plans de licenciements annoncés, de trop nombreux habitant·es se sont retrouvé·es privé·es d'emploi : CDD, intérimaires, sont les premières personnes à avoir souffert des baisses d'activité. La conversion écologique de l'industrie peut commencer dès aujourd'hui, en mettant autour de la table partenaires et acteurs économiques afin de préserver emplois et savoir-faire local en réorientant les activités. Activités de transformation alimentaire au plus près de la paysannerie locale, soins et services à la personne : les besoins sont importants, mais il faut maintenant mettre les investissements en face.

Écologistes

Encore une fois, après des épisodes estivaux de canicule et de sécheresse viendront les inondations. Le réchauffement climatique a des conséquences très concrètes et n'épargne pas notre territoire. Il est nécessaire dès aujourd'hui de mettre en place une société différente, où l'économie est basée sur les besoins et non le consumérisme, où l'entraide est une valeur centrale et valorisée, où les ressources naturelles sont utilisées sans les épuiser. Nous devons également mettre en place la ville qui nous permet de vivre dans ces conditions modifiées : des logements naturellement frais l'été et isolés l'hiver afin d'économiser chauffage et ventilation, des plans d'inondation protecteurs, une végétation naturelle et rafraîchissante, une biodiversité préservée et protégée.

Pour nous contacter, envoyez un mail à contact@saintnazaire-ese.fr